Quelle est l’histoire du Liban ?

11

Le Liban, surnommé « Suisse du Moyen-Orient » dans les années cinquante et soixante, subit toujours les conséquences de sa guerre civile. Situé entre la Méditerranée, la Syrie et Israël, c’est le troisième plus petit pays du monde arabe et peut-être le plus diversifié au niveau religieux. Mais la concurrence pour le pouvoir, la richesse et l’identité nationale entre les confessions a dégénéré en un conflit qui a duré quinze ans et dans lequel la Syrie et Israël sont également intervenus. Trois décennies plus tard, dix-huit communautés religieuses ont une représentation politique dans le pays, mais les blessures de la guerre restent ouvertes.

Maronites, sunnites, chiites, druzes, réfugiés de Palestine… Un baril de poudre national et régional

La diversité confessionnelle au Liban et le partage du pouvoir entre les communautés sont l’une des graines qui ont provoqué la guerre civile. Le pays a été fondé dans les années 1940 à l’initiative de la France, la puissance coloniale, qui favorisait la communauté chrétienne maronite alors majoritaire. Les Maronites ont reçu la présidence de la République, tandis que les communautés sunnites et chiites musulmanes, deuxième et troisième en population, se sont réservées respectivement au Premier ministre et à la présidence du Parlement, des postes moins puissants.

A lire en complément : Le Costa Rica est-il dangereux ?

Les communautés ont commencé à rivaliser non seulement spirituellement, mais aussi politiquement, économiquement et même pour l’identité nationale du Liban. Alors que les chrétiens ont revendiqué le passé phénicien du pays, pour tenter de se séparer du monde arabe et de se rapprocher de l’Occident, les musulmans ont préconisé l’identité arabe au milieu du panarabisme régional.

Les mandats franco-britanniques au Moyen-Orient : à l’origine d’un siècle de problèmes Une autre raison de la confrontation sectaire a été ajoutée au débat national : le conflit arabo-israélien et la pression démographique et politique de milliers de réfugiés palestiniens qui ont fui vers les pays voisins, y compris le Liban. Les Maronites craignaient que l’afflux massif de Palestiniens, en particulier de sunnites, ne compromettent l’identité phénicienne et sa position dominante dans le pays. Malgré les tentatives du président Charles Helou (1964-1970) de rester neutre dans le conflit, le Liban a accepté en 1969 d’installer des milices palestiniennes sur son territoire pour attaquer Israël à partir de là. Le problème a été aggravé par l’arrivée des dirigeants de l’Organisation de libération de la Palestine (OLP), le mouvement de résistance palestinienne dirigé par Yasir Arafat, et de milliers d’autres réfugiés palestiniens après leur expulsion de Jordanie en 1971.

A lire aussi : Est-il dangereux de se rendre en Turquie ?

Au cours des années suivantes, alors que l’État libanais a décomposé, la polarisation s’est rapidement aggravée autour de la confession religieuse et de l’identité ethnique. L’OLP a eu un tel pouvoir dans le sud du pays, d’où elle lançait des attaques constantes contre Israël, que la zone de Le Liban a été surnommé « Fatahland » (pays de ‘Fatá’), par le principal parti palestinien au sein de l’OLP.

L’organisation palestinienne a bénéficié du soutien d’une grande partie de la population libanaise, en particulier des musulmans, de la minorité druze et des mouvements de gauche, qui se sont rencontrés dans le Mouvement national libanais islamo-progressiste. Pour leur part, les milices chrétiennes se sont rassemblées sur le Front libanais, organisées autour de Pierre Gemayel, de son fils Bashir et de son parti, des Phalanges libanais conservateurs et de la formation des Forces libanaises, soutenues par Israël.

Les affrontements entre les deux parties sont devenus constants. Le Front a cherché à empêcher l’OLP d’accroître son influence au Liban et de répondre aux attaques de l’organisation palestinienne et de ses alliés contre Israël. Mais la violence a précipité en avril 1975, lorsque des falangistes chrétiens ont tiré sur un bus transportant des réfugiés palestiniens à Beyrouth, la capitale, en partant Une vingtaine de morts. Le massacre a déclenché une série de représailles croisées entre le Mouvement national et le Front qui ont rapidement dégénéré en guerre civile.

L’identité du pays, cause de la guerre (1975-1982)

Quelques mois après les affrontements, Beyrouth a été divisé le long de la ligne verte, avec des musulmans à l’ouest et des chrétiens à l’est. Il ne s’agissait pas d’une division confessionnelle absolue, mais au fil du temps, les milices ont homogénéisé la zone qu’elles contrôlaient et la population civile, la principale blessée, a été piégée entre les deux parties. La guerre a eu lieu dans les quartiers, avec des événements tels que la bataille des hôtels, à l’automne 1975, au cours de laquelle des chrétiens ont été expulsés de l’ouest de la ville, ou le massacre de Kafrantina, un bidonville de réfugiés palestiniens, où plus d’un millier de civils musulmans ont été tués en janvier 1976. Quelques jours plus tard, les musulmans se sont vengés d’un attentat à la bombe ville de Damour, laissant également des centaines de chrétiens morts.

Les chrétiens du Moyen-Orient, une minorité menacée Deux alliances bien définies ont été confrontées dans cette première phase. D’une part, le Mouvement national libanais de gauche a réuni des mouvements progressistes musulmans, druzes, laïcs et la résistance palestinienne. D’autre part, le Front libanais, conservateur et dirigé par des chrétiens maronites, mais avec une présence importante d’autres communautés chrétiennes, telles que les orthodoxes et les Arméniens. La guerre avait une marque nationale forte et les parties défendaient des projets opposés : le panarabisme et le phénicisme.

Cette division a toutefois été diluée avec l’entrée d’autres acteurs du conflit, tels que la Syrie ou Israël. Le déclenchement de la guerre a rapidement provoqué la réaction de la Syrie voisine, puis dirigée par le dictateur socialiste arabe Hafez al Assad. Les relations entre les deux pays, qui étaient jusqu’en 1920 considéré comme un seul territoire, a poussé Assad à intervenir en 1976 avec l’excuse de défendre l’unité du Liban. Cependant, la Syrie a également cherché à contenir une éventuelle expansion israélienne vers le nord, à contrôler la résistance palestinienne et à remplacer l’armée d’État libanaise affaiblie.

L’entrée des troupes syriennes au Liban et le bref cessez-le-feu qui a suivi ont poussé les puissances arabes de l’époque, l’Égypte et l’Arabie saoudite, à tenter de mettre fin à la violence par les voies diplomatiques. Le gouvernement libanais contrôlé par les chrétiens, la Syrie et l’OLP ont convenu d’établir des forces de dissuasion arabes, composées principalement de soldats syriens, de reconstruire l’armée libanaise, répartie sur les côtés de la guerre, et de désarmement des milices.

Cependant, la tentative de paix a échoué, et un nouvel acteur interviendra bientôt : Israël. Dans le but de défendre son territoire contre les attaques de l’OLP, en 1978, le gouvernement israélien a lancé l’opération Litani pour répondre à l’intervention syrienne et éliminer les milices palestiniennes dans le sud du Liban. La participation israélienne a déplacé la guerre vers le sud du pays et a conduit l’ONU à créer la Force intérimaire des Nations Unies pour le Liban (FINUL). L’initiative visait à assurer le retrait israélien et à rétablir la paix, mais elle a échoué parce que l’ONU n’a pas été en mesure d’appliquer ses résolutions.

L’intervention d’Israël et l’expulsion de l’OLP (1982)

L’implication des milices palestiniennes, de la Syrie et d’Israël a montré que la guerre civile a dépassé le Liban. Le conflit arabo-israélien, impliquant toute la région, a absorbé un pays qui avait voulu l’éviter. En outre, la guerre libanaise a fini par encadrer également la guerre froide. Si les États-Unis et l’URSS soutenaient les parties opposées dans le conflit arabo-israélien, au Libanais, le bloc occidental s’est penché vers le Front Christian, tandis que le Soviet sympathisait avec le Mouvement national musulman.

Liban, la nation sans visage Au cours de l’été 1982, Israël a lancé l’opération Paix en Galilée pour expulser l’OLP du Liban. Avec le soutien des forces chrétiennes, l’armée israélienne a atteint Beyrouth en quelques jours et a poussé les troupes syriennes à l’intérieur du pays. Puis Israël a assiégé la partie occidentale de Beyrouth, emprisonné des milliers de soldats et de miliciens palestiniens, syriens et libanais dans ce qui est devenu connu sous le nom de guerre de Cent jours. Les pressions des pays arabes après trois mois d’attaques et d’images de bombardements et de tueries de civils ont conduit les États-Unis, principal allié d’Israël, à faire pression pour un cessez-le-feu. En échange du départ de l’OLP au Liban, les soldats et miliciens syriens et palestiniens seraient évacués dans la ville dans le cadre d’une opération soutenue par une force multinationale temporaire composée de soldats. britannique, italien, français et américain.

Pendant l’occupation israélienne de Beyrouth, Bashir Gemayel, chef des Phalanges libanais, a été élu président malgré le boycott des factions musulmanes. Gemayel a tenté de devenir une figure capable de résoudre le conflit, mais a été tué, un mois seulement après son élection, par un maronite critique de sa proximité avec Israël. Deux jours après l’assassinat, le 16 septembre, les milices chrétiennes libanaises ont vengé Gemayel en massacrant des milliers de Palestiniens à Sabra et Chatila, deux camps de réfugiés dans le sud de Beyrouth. La passivité des forces israéliennes, alors toujours présentes sur le territoire, a provoqué des critiques internationales et conduit les États-Unis à remplacer la force multinationale. Israël s’est retiré de Beyrouth avant la fin du mois de septembre, mettant fin à l’opération Paix en Galilée, mais pas sa présence au Liban.

La sortie de l’OLP du conflit en 1982 a laissé un vide de pouvoir du côté islamo-progressiste, surtout dans le sud, où les Palestiniens étaient plus forts et où la plupart des chiites libanais étaient concentrés. Jusque-là, le parti Amal était le principal garant de cette communauté. Cependant, après le retrait de l’OLP, et grâce au soutien de l’Iran, qui depuis la révolution islamique de 1979 a cherché à étendre son influence régionale, une nouvelle force islamiste chiite est apparue : le Hezbollah. Le Hezbollah a combattu la présence israélienne et alliée dans le sud du Liban, et a étendu un filet de sécurité sociale à ses partisans, avec de nouvelles écoles, hôpitaux et foyers pour les victimes du conflit.

De la rupture des alliances à la paix avec l’Accord de Taëf (1982-1989)

Les parties, jusqu’alors plus ou moins stables, ont muté pendant la troisième étape de la guerre civile. Les milices, désormais plus puissantes, ont éclaté dans de nombreuses factions avec des alliances le changement et le soutien étranger. Les affrontements se sont multipliés et la guerre a cessé d’être interconfessionnelle.

Avec le départ de l’OLP, le Mouvement national libanais est devenu le Front de résistance national libanais. La partie islamo-progressiste a éclaté dans une douzaine de milices face et soutenues par la Syrie, l’Iran, la Libye ou l’Irak. Cette rupture a conduit à la soi-disant guerre des camps en 1984, avec de multiples combats dans les colonies de réfugiés palestiniens qui ont duré jusqu’à la fin de la guerre. Pendant ce temps, avec le soutien des autres partis du Mouvement national libanais, les milices druzes combattent l’armée d’État libanaise et les phalanges libanais pendant la guerre des montagnes dans le sud-est depuis 1982.

Hezbollah, lutte pour la survie Pour sa part, le Front chrétien libanais est resté plus uni, bien qu’une armée sud-libanaise ait également émergé, composée notamment de maronites soutenus par Israël. En outre, la montée du Hezbollah a divisé la communauté chiite, jusqu’alors concentrée autour du mouvement Amal. Le Hezbollah, soutenu par l’Iran, et Amal, soutenu par la Syrie, ont fini par se battre depuis 1988 pendant la guerre des Frères.

Maronite Michel Aoun, chef de l’armée d’État libanaise, a été nommé premier ministre en 1988 après l’assassinat de son prédécesseur l’année précédente. La position était réservée aux musulmans sunnites. À partir de ce moment, il y a eu deux gouvernements en guerre : Aoun à Beyrouth Est et un à Beyrouth Ouest dirigé par Salim Hoss sunnite, qui a de nouveau demandé à la Syrie d’intervenir dans le conflit.

Peu après son arrivée au pouvoir, Aoun a lancé une offensive contre les milices chrétiennes à Beyrouth Est et a regroupé la plupart des groupes armés chrétiens. Il a également poussé à une « guerre de libération » pour chasser les forces syriennes hors du pays. La situation a poussé le Maroc, l’Algérie et l’Arabie saoudite pour la médiation et, après plusieurs tentatives, les factions libanaises et syriennes ont été parvenus à un consensus en octobre 1989 dans la ville saoudienne de Taëf.

L’accord de Taëf a consolidé le partage des pouvoirs entre les communautés imposé pendant la période française, mais l’a rééquilibré. Le président de la République, chrétien maronite, a perdu du poids en faveur du Premier ministre sunnite et du président du Parlement chiite. Les sièges parlementaires ont été étendus à 108, répartis à mi-chemin entre chrétiens et musulmans à partir du recensement de 1932. Une amnistie a également été convenue pour ceux qui ont participé à la guerre et au désarmement de toutes les milices, qui rejoindraient l’armée nationale. L’exception était le Hezbollah, qui a été considéré comme une force de résistance à l’occupation israélienne par la pression de l’Iran dans les négociations et qui n’a jamais été désarmé. En outre, la présence syrienne a été acceptée comme garante du processus de reconstruction du pays.

Cependant, Aoun n’a pas accepté cet accord par crainte d’une invasion syrienne, qui a déclenché une nouvelle confrontation. En fin de compte, la Syrie a bombardé les forces du Premier ministre en octobre 1990 et l’a forcé à s’exiler. La guerre civile libanaise s’est ainsi terminée, faisant plus de 150 000 morts, 17 000 disparus et plus de 800 000 déplacés, beaucoup en raison des stratégies des milices chrétiennes et musulmanes visant à homogénéiser la population.

Les seigneurs de guerre sont maintenant les seigneurs de l’après-guerre.

Avec une société divisée après plus de quinze ans de violence sectaire, la fin de la guerre a soulevé de nouveaux défis. La réunification nationale, la reconstruction des institutions et des infrastructures de l’État, la lutte contre la crise économique et la prise en charge des personnes déplacées et des réfugiés sont nécessaires. En outre, dans l’empressement de reconstruire le pays, le gouvernement du magnat Rafiq Hariri a voulu effacer les souvenirs de conflit : en 1994, il a commandé à redessiner le centre de Beyrouth en restaurant des ruines et des bâtiments des époques byzantine, ottomane et française. Le projet visait à remplacer les souks arabes traditionnels par des souks de Beyrouth, un centre commercial de luxe situé dans le centre-ville. Beyrouth, en fait, est la seule capitale arabe sans souk.

L’amnésie du Liban Le Liban a également dû faire face à la présence de forces étrangères. Israël a occupé le sud du pays jusqu’à ce qu’il l’abandonne presque en 2000, bien que la mission des Nations Unies, la FINUL, surveille toujours la frontière. Les troupes syriennes se sont retirées après la révolution du cèdre de 2005, après que Hariri a été tué avec l’implication présumée de Damas. Quant à l’Iran, il maintient son influence à travers le Hezbollah, aujourd’hui une organisation très puissante.

L’amnistie et le partage du pouvoir convenus à Taëf ont facilité l’entrée en politique des seigneurs de guerre. Qui avait ont dirigé le conflit, ils ont continué à représenter leurs communautés respectives. Michel Aoun, par exemple, est venu à la présidence en 2016 après avoir fait de la politique pendant des années après son exil. Les nouvelles élites ont rapidement construit des réseaux de clientèle pour bénéficier de leurs positions. Le modèle confessionnel actuel représente dix-huit communautés religieuses, mais répartit le vote entre les confessions, ce qui enlève du poids politique à la population, qui dépend de ses représentants et ne peut élire des candidats indépendants. Pesé par une grave crise politique et économique, le Liban obtient 25 sur 100 dans l’indice de perception de la corruption de Transparency International, comme l’Iran ou le Mozambique, et se classe 146 sur 163 dans l’indice mondial de paix de l’Institut pour l’économie et la paix, derrière la Palestine ou l’Érythrée.

Les affrontements entre communautés ont plongé le Liban dans une guerre entre 1975 et 1990, au cours de laquelle il La Syrie, Israël, l’Iran, les États-Unis et la communauté internationale y ont participé. Après quinze ans de conflit, la solution était un accord de paix qui plaidait une fois de plus pour diviser les maronites, les sunnites et les chiites, mais maintenant dans un scénario différent. Depuis, le Liban est resté au bord de la falaise, dirigé par des élites corrompues qui n’ont pas corrigé le cours du pays après avoir mené la guerre qui l’a ravagé.

De Macron à l’Iran : la reconstruction du Liban reste entre les mains de puissances étrangères