Où est la Nouvelle-Zélande par rapport à la France ?

12

Affiche de l’Exposition Maori Vos trésors ont une âme. Le 23 octobre dernier, à l’Eden Park Stadium d’Auckland, était la huitième finale de la Coupe du monde de rugby. La toute-puissante équipe nationale néo-zélandaise, les All Black, a densément vaincu la France par 8-7. Les ambassadeurs les plus célèbres de l’un des pays les plus inconnus ont de nouveau agité le pavillon de la victoire. Bien que sans rapport avec l’exposition que nous présentons aujourd’hui, cet événement sportif nous aide à commencer l’article et à montrer en même temps la popularité et l’ignorance de ce pays du sud et de ses habitants.

A voir aussi : Quelles sont les dates des saisons en Nouvelle-Calédonie ?

L’exposition « Les Maoris, leurs trésors ont de l’âme » (Maoris, leurs tresors ont une âme), qui sera ouverte jusqu’au 22 janvier 2012 au Musée du Quai de Branly à Paris, veut briser les images stérotypées, dont le rugby. Le rugby est le roi du sport en Nouvelle-Zélande et a fait de ses joueurs des ambassadeurs pour le pays le plus éloigné d’Europe. Le haka , cette danse guerrière avec laquelle les Rugbymen donnent leurs adversaires, ravit le monde entier. Du même monde ignorant ce que le haka voulait dire dans les préludes aux batailles sanglantes, ignorant ce que signifie un sport courageux mais courtois, loin du faux football et du spectacle non mûr dont la représentation la plus mondialisée est la holding nord-américaine (NBA, NFL ou LNH) exemples de sport commercial, où tout est mesuré et chaque seconde produit son flux de dollars contrôlé. Ignorant à la fin des règles, des joueurs, des stratégies et de l’amour aveugle pour le ballon ovale, des pays du Commonwealth (anciens et actuels), d’Argentine, d’Italie, du Japon, de Roumanie et de Géorgie.

Et nous terminons notre connaissance de la Nouvelle-Zélande, ce pays de des antipodes où il y a plus de moutons et de vaches que de gens, où la terre tremble et où les kiwis tentent de survivre dans les forêts luxuriantes de leur climat tempéré. Kiwi, une autre icône du pays, à tel point qu’il apparaît récurrent dans ses pièces, d’une part, l’effigie de la reine de Grande-Bretagne, Elizabeth II, d’autre part. L’absence de définition, d’ambivalence se manifeste déjà même sur les visages d’une pièce, d’une part la reine d’un pays étranger, qui en même temps est chef d’État, mais sans pouvoir réel. D’autre part, un oiseau gracieux, brun et sans ailes, pourchassé par des chiens et des chats colonisateurs. Et peut-être sur le même bord de la pièce, les Maoris, les premiers habitants des îles de Nouvelle-Zélande, ont couvert de tatouages et brandissant des armes arcanes dans des danses syncopées où les cris, si cela était efficace, empêchaient le sang de couler. Le plus souvent, c’était l’antichambre de la bataille, les Maoris étaient et sont toujours humains.

A lire également : Quelles sont les destinations les moins chères en août ?

pays complexe est donc un exemple de flexibilité libérale, de multiculturalisme et de classisme dans le monde anglo-saxon. Pour rompre avec les sujets et montrer à la France et au monde leur vision des choses, l’exposition, qui présente le musée toujours excellent du Quai de Branly, Musée d’art non européen, a voulu donner la voix aux Maoris eux-mêmes, fuyant des clichés et des sujets. L’exposition a été conçue et créée par le musée Te Papa Tongarewa de Wellington, la capitale de la Nouvelle-Zélande. Ce musée ultra-moderne est entièrement dédié à la préservation du patrimoine culturel des Maoris Un .

Ici, peut-être qu’un paragraphe historique et anthropologique pourrait nous aider à mieux comprendre les choses. Nous avons volontairement évité d’utiliser le mot indigène, aussi confortable que dangereux. La Nouvelle-Zélande a été colonisée par les ancêtres maoris auNuguru, flûte traditionnelle créée par Rangi Kipa en 2000 avec des matériaux contemporains. VIIIe siècle, bien que tout soit encore assez déroutant. Plusieurs vagues de personnes sont venues entre 800 et 1400, apparemment originaires de Polynésie (Îles Cook, Hawaï…). Ils étaient les premiers habitants des îles et ils ont fait une bonne guerre, comme c’était la tradition depuis que les premiers hominidés ont fait deux pieds.

L’arrivée d’Européens en Australie et dans d’autres îles du Pacifique a marqué la fin de l’équilibre complexe entre les différents groupes ou tribus maoris. D’anciens prisonniers, marins et aventuriers ont commencé à arriver en Nouvelle-Zélande et à élargir les rangs des troupes des chefs tribaux. La contrebande de mousquets a provoqué de violents affrontements dans les années 1830 entre les tribus qui les possédaient et celles qui en manquaient, provoquant de terribles massacres dans ce que l’on appelle la guerre des mousquets. L’intervention britannique, qui coïncide avec le temps, a tenté de contrôler un territoire complètement désorganisé, mais a également causé de nombreuses victimes. Le traité de Waitangi en 1840 a été signé entre la Couronne et les tribus maories, garantissant certains droits à ces dernières. Cependant, la découverte de gisements aurifères en 1861 a conduit à une course vers eux, avec l’occupation et la destruction des terres et des villages, des conflits incessants et le non-respect du traité. L’effet a été la terrible guerre des Maoris .

Après la défaite, la subordination des Maoris commence, leur situation servile ou du moins subordonnée, lorsque l’émigration européenne l’excède en nombre, en biens, en puissance économique et militaire. Depuis de nombreuses années, les Maoris sont citoyens de seconde classe. et ces dernières décennies ont été touchées par des taras tels que l’alcoolisme, la violence domestique, le chômage, le manque de possibilités et de formation. L’écrivain Alan Duff a bien montré ce problème dans son roman Once étaient des guerriers, traduit par Warriors of Yesteryear, et emmené au cinéma. De la fierté maorie, de son art vigoureux et explosif, de ses masques et de ses chants de guerre, les tatouages ornementaux sont allés à la misère de l’aide sociale pour les jeunes citoyens. Le conflit social a augmenté en Nouvelle-Zélande dans les années 1980, grâce à une crise économique. La Nouvelle-Zélande a mis en œuvre, bien avant la Grande-Bretagne, des plans d’ajustement et des modèles néolibéraux par des politiciens sociaux-démocrates de l’école de Tony Blair. En fait, ce dernier y a appris une grande partie de ses propositions inefficaces. La crise a conduit au départ de nombreux Néo-Zélandais vers l’Australie, Great Bretagne ou États-Unis, ainsi que la recherche de marchés de niche et d’alternatives économiques. La petite taille de la population et les politiques adéquates ont favorisé la reprise de la Nouvelle-Zélande et la création d’entreprises concurrentielles qui ont connu et ont pu sortir de la crise. Par exemple, la multinationale laitière Fonterra, une coopérative qui a réussi à survivre dans le monde complexe de la mondialisation et qui exporte de loin la Nouvelle-Zélande des tonnes et des tonnes de lait en poudre et d’autres produits dérivés. La situation économique s’est améliorée et elle s’est également améliorée pour les Maoris. Le niveau de formation a augmenté et sa présence dans les secteurs public, privé, artistique et politique a également augmenté.

L’exposition parisienne veut en quelque sorte montrer ce rétablissement de l’âme maorie. L’exposition mêle les trésors de l’art ancestrales, sculptures en bois, métal et pierres semi-précieuses telles que le jade, les costumes et tissus traditionnels, les objets de tous les jours, les objets sacrés et les rituels, les éléments architecturaux, les photographies et les œuvres multimédias (vidéos, performances, etc.). Dans l’exposition, toujours du point de vue « Maori »Éléments architecturaux d’une maison commune maorie. montre la relation entre le passé et le présent, entre trésors et vie quotidienne, entre l’art ancien et l’art contemporain

. Le contrôle maori des Maoris est préconisé, loin des interprétations et des visions occidentales. Cela ne manquera pas d’avoir un lien étroit avec le monde politique puisque le fameux traité de Waitangi a été révisé et il y a toujours un débat sur la compensation qui devrait ou non être accordée aux descendants des Maoris pillés.

L’exposition est divisée en trois domaines. Le premier concerne les grands éléments activités culturelles liées à l’architecture, à la voile et aux tatouages. C’est ainsi qu’est présenté la façade d’un tupuna, la grande maison communale maorie, plusieurs canoës et canoës et une section dédiée au ta moko, tatouages.

La seconde montre les éléments qui reflètent le mana , le prestige et l’autorité de la culture maorie ancienne. Il enseigne ce qu’est le whakapapa ou le système de références culturelles par lequel les légendes, la généalogie et la cosmogonie sont transmises et formulées ou reformulées.

Cette dernière partie concerne la protection de la nature, la relation entre les Maoris, la terre et la mer. Comme toutes les cultures où les êtres humains ne dominent pas encore la nature, elle était très respectée et la notion d’équilibre était très développée.

Pendentif anthropomorphe de Rangi Kipa, artiste contemporain. Le principe est formulé dans le concept kaitiakitanga (protéger et préserver) : Ce précepte est à la base des œuvres de Brett Graham, l’un des artistes contemporains présentés à l’exposition.

Sans aucun doute, l’exposition telle que le musée Branly Quai mérite d’être visitée. N’hésitez pas à le visiter si vous vous rendez à Paris pendant les vacances de décembre, de Noël ou de janvier. La richesse architecturale du musée, conçue par Jean Nouvel , l’innovation du musée et les œuvres qui y sont présentées vous surprendront agréablement.

En conclusion, nous aimerions laisser une porte ouverte, poser une question. Il nous reste un certain goût amer, car la présentation de l’exposition montre tous les sujets du politiquement correct, toutes les armes d’une anthropologie de mauvaise qualité qui présuppose que la voix indigène est toujours plus grande. intéressant que celui qui exogène. Et pour cela, l’idéalisation est parfaite, la poussée du concept des peuples autochtones. Aujourd’hui, les peuples autochtones de Nouvelle-Zélande sont nés dans ce pays, la majorité, la grande majorité d’entre eux d’origine européenne. Aujourd’hui, de nouveaux immigrants originaires de Fidji, des Tonga et du Samoa arrivent en Nouvelle-Zélande et dansent le haka dans le cadre de leur équipe de rugby. En raison de leurs caractéristiques et de leur couleur, les Européens naïfs, les vrais, les considèrent comme des Maoris et des Néo-Zélandais de pro, alors qu’en réalité ils sont les derniers Néo-Zélandais, les plus récents. Les injustices de l’histoire ne corrigent pas les mensonges confortables des politiquement corrects. Aujourd’hui, c’est ce qui compte, aujourd’hui comme prélude à demain et aujourd’hui, la société néo-zélandaise, comme tous ceux du monde, est une société métisse , multiple.

Le système anglo-saxon promeut le communitarisme et, dans la pratique, la séparation des personnes sur la base de feuilles caduques des justifications culturelles, physiques ou linguistiques. La complexité de ce que l’on entend par Maori est similaire à la complexité de ce que l’on entend par européen. La vision des Maoris n’existe pas, ou du moins il y en a autant que de Maoris. Présenter une exposition sous le titre de la vraie vision maorie est au moins naïf. Les Européens de Nouvelle-Zélande ne sont pas des Européens, ce sont des Néo-Zélandais, tout comme les Maoris. La clé de l’inégalité réside dans l’accès à la formation, au travail, au pouvoir politique et économique. La reformulation et le développement de communautés définies et imperméables amplifient les différences entre les humains en créant des groupes qui ne devraient plus exister. Pour corriger les griefs historiques nécessaires et, pour éliminer la plus importante des injustices sociales actuelles, il devrait y avoir une autre voie différente . N’importe qui peut commenter n’importe quelle culture, acte, élément le conflit artistique, historique, le modèle économique et la proposition pour l’avenir. La condition n’est pas d’appartenir à un groupe auto-défini, à l’adoration d’un dieu, au nombre de tatouages que porte votre corps, à votre taille, à votre poids ou à votre couleur de peau, que vous soyez un homme ou une femme, ou le nombre de zéros de votre compte bancaire arbola. La seule condition d’une opinion sur quelque chose est que vos opinions soient fondées sur la connaissance ou le doute, sur l’aspiration à se rapprocher de la vérité des choses, et surtout sur le fait que vos paroles méritent de briser le silence des vagues de la baie tranquille et terrifiée de Waitangi.

Dans une société multiculturelle comme celle posée par de nombreux pays anglo-saxons, mais pas seulement eux, la peur de l’impérialisme culturel nous amène à modifier les lois de notre propre société en fonction de la « communauté » à laquelle ils s’appliquent. La citoyenneté perd sa valeur et l’État ou les membres d’autrui les communautés regardent vers le bas craignant d’interférer dans des systèmes prétendument fermés. Ils appliquent le principe de la mécanique de Heinsenberg, quantiqueMasques tatoués, moqueurs et redoutables. , selon lequel si nous connaissons la vitesse d’une particule subatomique, nous ignorons sa situation, si nous connaissons sa situation, nous ne pouvons pas connaître sa vitesse. De cette façon, les Blancs européens de Nouvelle-Zélande ne peuvent intervenir dans les décisions maoris, et vice versa. Si nous sommes une chose, nous ne sommes pas l’autre. Cependant, la mécanique quantique parle de systèmes, de systèmes où des éléments et des variables interagissent. Le simple fait d’essayer de mesurer la vitesse ou de placer une particule va altérer l’ensemble du système. Il n’y a pas de place à l’indifférence ou à l’isolement. En tant que Maori ou Européen, nous vivons au sein de la société, nous ne pouvons pas nous résumer et regarder vers une autre boue. Comme dans le principe de l’indétermination, nous ne savons pas où se trouve l’identité maorie, ni l’identité européenne ou celle d’un individu particulier, ou nous savons même s’ils existent, s’ils signifient la même chose pour chacun de leurs citoyens, ils sont peut-être là, mais nous ne savons pas s’ils sont grands, petits, forts, indispensables, s’ils sont mélangés, s’ils sont perdus, s’ils renaissent différents après des chocs nucléaires ou sont associés à des amalgames placidés. Le maintien de communautés pures et différenciées au sein d’une société soulève enfin la culture, l’histoire et l’art de manière manichéenne. La citoyenneté ne peut s’y opposer que, comme l’article VI de la Déclaration universelle des droits de l’homme et du citoyen de 1789, qui proclamait :

« La loi est l’expression de la volonté de la communauté. Tous les citoyens ont le droit de collaborer à leur formation, que ce soit personnellement ou par l’intermédiaire de leurs représentants. Il doit en être de même pour tous, qu’il s’agisse de protéger ou de punir. Tous les citoyens étant égaux devant lui, tout le monde est également éligible pour tous les honneurs et tous les placements. et des emplois, en fonction de leurs différentes capacités, sans distinction autre que celle créée par les vertus et les connaissances. »

Une seule communauté composée de différents individus qui se respectent mutuellement et qui partagent au moins quelques objectifs communs, les plus essentiels. Comme à Haka, lorsque tous les Noirs, parmi lesquels sont des descendants de guerriers redoutables, des prisonniers se sont évadés des prisons australiennes, des paysans du Lincolnshire, des Juifs européens, des émigrants italiens ou des Asiatiques et des Fidjiens, secouent le monde, le monde du bal ovale, le cédant à leur jeu honorable. Nous sommes tous Maoris, nous sommes tous des Néo-Zélandais, des Néo-Zélandais de tous les antipodes.

Par Alexander Paraskinnen pour blog-francia.com

Vidéo du Haka de la finale du Championnat du monde de rugby, entre la France et la Nouvelle-Zélande le 27 octobre 2011 à Auckland.

Informations pratiques

Musée du quai Branly

37, quai Branly 75007 Paris Tél. : 01 56 61 70 00 Accès facile en métro (Alma-Marceau, Trocadéro, Bir-Hakeim et Iena), en train de banlieue (RER Pont D’Alma, Tour Eiffel), en bus (tous en direction de la Tour Eiffel, du Trocadéro et du Champ de Mars). À pied le long de la Seine depuis Notre-Dame.

Tarifs et horaires

Les mardis, mercredis et dimanches : 11h00 — 19h00 Jeudi, vendredi et samedi : 11h00 — 21h00 Il est fermé le lundi, le 1er mai et le 25 décembre.

Billet normal 8,50€ (plein tarif) /6 € (tarif réduit) Billet d’exposition temporaire 7€ (plein tarif) /5€ (tarif réduit) Entrée « un jour el museo » (musée exposition) : 10€ (plein tarif) /7€ (Tarif réduit) Gratuit pour les enfants de moins de 18 ans, chômeurs, journalistes, détenteurs de cartes culturelles, amis du musée, détenteurs du « Pass musée du quai Branly », membres de l’ICOM et de l’ICOMOS.

Vidéo présentant l’exposition Maori, leurs tresors ont une âme , en français.