Où aller sur le forum Guadalupe ?

11

EFE. – Des dizaines de pèlerins ont commencé mercredi leur longue marche de l’État mexicain de Puebla à la basilique de Guadalupe à Mexico malgré la pandémie et la fermeture de cet important site religieux le 12 décembre, jour de la Vierge.

La foi est plus grande que l’urgence sanitaire. Avec des images en paquets, peintures et drapeaux, la Vierge de Guaalupe accompagne ces dévots sur leur chemin.

A lire aussi : Quelles sont les principales villes de Cuba ?

Peu importe le nombre d’heures de route vers le site religieux (plus de 130 kilomètres) ni le froid qui frappe la zone du volcan au début de la route.

À un rythme lent, les enfants, les femmes, les jeunes et les adultes vont avec le même espoir d’être en bonne santé et de voir le manteau de Notre-Dame de Tepeyac.

A voir aussi : Où aller en Martinique en avril ?

Lisez aussi : Alignez-vous à la basilique de Guadalupe avant la fermeture du Covid-19

Les autorités de Mexico ont décidé cette année de fermer la basilique du 10 au 13 décembre pour éviter les foules et les risques sanitaires qu’elles pourraient entraîner, puisque la ville est embourbée par une augmentation des hospitalisations en raison du covid-19.

Les paroissiens sont conscients qu’ils ne seront pas en mesure d’accéder au récent et ils assurent qu’ils seront respectueux de ce que les autorités leur dictent.

Édgar Rosales, un pèlerin de Puebla, a déclaré à Efe qu’il s’agit de sa 18e promenade, car l’amour de la « brune » le déplace à Mexico. Aujourd’hui, il avance en écoutant de la musique, avec des courses et des vêtements d’extérieur pendant les trois jours sur la route.

Son premier arrêt a été à Xalinzintla, où il a passé la nuit dans l’esplanade de la présidence municipale, à l’abri d’autres pèlerins qui ont la même destination.

« Nous savons qu’avec cette chose covide, nous n’avons pas le droit d’atteindre, mais nous avons dans notre cœur notre patron et elle sait que même à quelques pas de son sanctuaire, nous sommes présents tout cœur », a-t-il dit.

Pablo Saldaña tient sa promesse d’aller à la basilique cette année et regrette qu’il ne s’agisse pas d’une promenade traditionnelle en raison de la contingence.

Cela peut vous intéresser : l’Église demande à célébrer Notre-Dame dans les paroisses et les maisons par la fermeture de la basilique

« Je l’avais planifié depuis de nombreuses années maintenant et en raison de diverses circonstances ou situations, je n’avais pas pu le faire. Je l’ai donc proposé cette année et cette éventualité n’est pas un obstacle. (Je suis) avec la foi intacte pour aller de l’avant », a-t-il dit.

Dans cette communauté près du volcan Popocatepetl, une famille est également arrivée qui a décidé de ne pas traverser les circonstances sanitaires, mais a pensé à partager du café, de l’eau et du pain à des pèlerins fatigués et affamés après plusieurs heures de marche.

Ils ont expliqué à Efe que cette année, très peu de catholiques ont traversé les communautés et cela s’est reflété dans le fait qu’ils ont apporté trois boîtes de pain. doux mais ils n’en avaient pas fini un dans toutes les lanoches.