Qu’est-ce que la Rainbow Nation ?

12

Chaque 18 juillet marque la Journée internationale de Nelson Mandela, une journée qui, selon les Nations unies, est dédiée à la commémoration de la naissance d’une véritable icône des droits de l’homme et de la lutte pour la liberté. Sa carrière de militant et de membre du Congrès national africain dans l’apartheid en Afrique du Sud est bien connue, en particulier dans les années qu’il a passées à la prison de Robben Island, ainsi que les négociations qu’il a eues avec le gouvernement après sa libération et sa participation aux premières élections libres en 1994, s’élevant à victoire et être le premier président noir de la nouvelle Afrique du Sud.

Sa vie et son travail après cet événement sont déjà moins connus du grand public. Le grand projet de Mandela était de mener à bien la réconciliation nationale et donc d’éviter de suivre l’exemple du Zimbabwe où, suite à l’ascension du pouvoir de Robert Mugabe, des expropriations de terres blanches ont été effectuées en les obligeant à quitter son pays, qui a engendré une grave crise économique dont il ne se remettrait jamais. Le projet de réconciliation Mandela n’avait pas pour but de régler des comptes avec les précédents gouvernements blancs ayant mené une politique d’apartheid. Il voulait plutôt regarder vers l’avenir et créer ce qu’il a décrit comme une « nation arc-en-ciel » où les différences de race n’étaient pas un facteur de division mais une marque nationale et un exemple de coexistence pour toute l’Afrique et le monde. Aujourd’hui, l’Afrique du Sud est l’un des pays du continent présentant la plus grande diversité culturelle de ses habitants. 79,6 % de la population est noire, 9,2 % blanche, 8,8 % mixte et 2,6 % asiatique.

A découvrir également : Quel est le salaire minimum en 2021 ?

Sa première étape a été de former un gouvernement aussi large que possible avec des membres de l’African National Congress (CNA), des membres du Parti national (le parti qui a gouverné l’Afrique du Sud de 1940 à ce moment-là) comme De Klerk, avec lequel il entretenait une relation très tendue, arrivant notamment en incorporant des nationalistes zoulous tels que Buthelezi.

Le grand travail de ce gouvernement a été la formation de la Commission Vérité et Réconciliation, qui a cherché à obtenir une sorte de justice réparatrice une fois l’apartheid aboli. Cette commission a invité les victimes de violations des droits humains à raconter leurs expériences d’une manière qui serait enregistrée et, en outre, a invité les auteurs à avouer leur participation à de tels crimes, en échange de quoi ils bénéficieraient d’une amnistie à condition que ces crimes soient motivés politiquement. Si les auteurs n’ont pas assisté à la comparution lorsqu’ils ont été appelés, ils n’ont pas bénéficié de l’amnistie et pourraient ensuite être poursuivis s’il était prouvé que les violations présumées des droits humains dont ils ont été accusés se sont avérées vraies.

A découvrir également : Comment voyager sans carte d'identité ?

Il est important de noter que cette commission n’était pas du tout un tribunal, mais que son but était de traiter vis-à-vis des victimes et des auteurs. Cette commission a reçu beaucoup de critiques car elle n’a pas fourni ce que nous connaissons aujourd’hui comme la justice transitionnelle selon les Nations Unies (vérité, justice, réparation et garanties de non-répétition), mais a servi à accorder l’amnistie aux auteurs de ces crimes dans le but ultime d’assurer une coexistence pacifique. entre les blancs et les noirs.

Le mandat de Mandela a pris fin en 1999 et a été remplacé par le président Mbeki, également de l’AIIC. L’héritage de ce nouveau président, cependant, est marqué par son refus de reconnaître l’épidémie de VIH et son échec à condamner le gouvernement de Robert Mugabe. Lors du congrès de l’AIIC en 2007, le parti a retiré son soutien et le candidat aux prochaines élections était Zuma. Depuis lors, le président du gouvernement intérimaire sera Motlanthe jusqu’en 2009, date à laquelle Zuma a gagné.

Zuma a régné de 2009 à 2018 et son gouvernement a été fortement marqué par les multiples affaires de corruption qui l’entourent. L’actuel président de l’Afrique du Sud est Ramaphosa, après la démission de Zuma.

L’ Afrique du Sud actuelle est confrontée à de nombreux défis, elle est un important exportateur d’or, mais aussi un grand nombre de personnes qui migrent à la recherche de meilleures opportunités, confrontées à un autre problème actuel majeur, comme les taux élevés de criminalité, ainsi que la pauvreté et le VIH. Cette image pourrait mettre en péril l’héritage de Mandela si les politiciens populistes arrivent au pouvoir et que les problèmes structurels ne sont pas abordés à temps. Si l’Afrique du Sud veut préserver tous les efforts déployés, le pays doit se regarder en arrière et décider quel avenir il veut, s’il veut être le nouveau Zimbabwe ou s’il veut vraiment être la nation que Mandela a décrite, la « nation arc-en-ciel ».