Comment acheter une maison à Madagascar ?

11

Lorsque j’ai entendu parler du Covid-19 pour la première fois, la première chose qui m’est venue à l’esprit n’était pas l’idée d’un virus dont la propagation serait pandémique, mais le titre d’un film de James Bond (« Dr. No ») ou de Tom Cruise dans « Fallout ». Mais alors la réalité a forcé l’imagination, elle était très cruelle et les gens ont commencé à mesurer les effets horribles d’une pandémie que nous avions connue uniquement sur grand écran jusque-là (« Contagion » avec Marion Kotlard, « Outbreak » avec Dustin Hoffman).

A lire en complément : Comment se manifeste une crise biologique ?

Peu après, la réalité était vêtue de couleurs encore plus sombres, lorsque la quarantaine a été appliquée à presque tout le monde, les gens étaient enfermés chez eux et les statistiques des cas et des décès dus à la pandémie ont pris la place du métronome d’une triste vie quotidienne. Les anciens équilibres qui caractérisaient les relations entre les gens étaient irrémédiablement perturbés, tout comme la vie elle-même,le plaisir des choses simples… Un nouveau modèle d’emploi est en cours de lancement, le télétravail, dominé par la vidéoconférence, l’apprentissage en ligne, les contacts Skype, les courriels infinis. Le temps de travail au milieu du Covid-19 augmente dangereusement, les nuits et les jours perdent leurs limites distinctes, de même que les semaines et les mois. Les jours, les semaines, les mois ne deviennent que des chiffres, des nombres qui nécessitent un traitement… de plus en plus de choses nécessitent un traitement maintenant. Ils se transforment en un milieu de travail vorace qui demande de plus en plus d’êtreplus de temps à consommer. Le concept du temps, tel que nous le connaissions, est plus petit et homogénéisé.

A lire en complément : Quel est le salaire minimum en 2021 ?

Ce nouveau mode de « vie numérique » a été caractérisé par de nombreux « progrès » dans une vie quotidienne où les loisirs, au milieu d’une pandémie, ont fortement décliné selon la confession d’amis et de connaissances, et le travail était prolongé à 24 heures par jour, sept jours par semaine. J’ai eu peur de penser au « piège technologique » du progrès qui se déroulait très rapidement et planifié au moment de la pandémie. J’ai entendu dire que les ventesInternet a connu une croissance rapide, tout comme le marché des ordinateurs et des téléviseurs. L’homme, immobilisé, « protégé » chez lui, effrayé, s’entraîne pour un futur mode de vie que certains appellent progrès, évolution.

L’idée m’effraie, me terrifie, et pour exorciser le Covid-19, la quarantaine, j’essaie de séparer une partie de mes récents voyages, où il n’y a pas de culture technologique, d’ordinateurs, de téléphones cellulaires, pas même d’électricité. J’essaie de trouver un endroit où le métronome de la viesont l’alternance du jour au soir, des saisons, de la météo, comme c’est le cas depuis la naissance du monde. Je conclus qu’il s’agit peut-être des villages des Pangalanes dans l’est de Madagascar.

Pour y arriver, prenez la route nationale RN2 depuis la capitale Tananarive qui mène au port de Tamatave. À un moment donné, un chemin de terre de sept kilomètres mène au village de Manambato. Sept kilomètres parcourus par une jeep en environ une heure, car les nids de poule de la route ressemblent à des cratères volcans. En faceManambato, à une distance de 1,5 à 2 km, déplie une étroite bande de sable blanc ornée de cocotiers entre les huit lacs et l’océan, où les villages des Pangalanes sont coupés.

Bien que les huit lacs aient gardé leur nom (Rasoabe, Rasoamasay, Ampitabe, etc.), cet univers aquatique de lacs et de canaux a été nommé « Canal des Pangalanes » depuis les canaux ouverts par les Français pour relier les lacs, à partir du 30 mai 1896, créant des rues commerçantes vers le port de Tamatave.

Un petit bateau m’emmène au village d’Ampanotoamaizna. Le paysage est préservé et sous une petite forêt de cocotiers, un village de Psathokalyves se perche. Il n’y a pas d’électricité ici et ses habitants utilisent le charbon de bois pour cuisiner et se réchauffer pendant la période de mousson. Les femmes et les jeunes filles lavent leurs vêtements au bord du lac, tandis que les hommes sont absents parce qu’ils pêchent en pleine mer. Le paysage est magnifique, idyllique et fait référence aux principes de la création. Les visages sont propres, les mêmes sontyeux, qui sont exempts des chippees de la civilisation.

Je me promène dans le petit village et je rencontre des visages souriants partout. Je reçois les hoches de bienvenue des aînés et j’entends un « tonga soa » (bienvenue) de la part des plus jeunes. Ici, le métronome de la vie quotidienne est défini par la distinction du jour et de la nuit. Tout est fait trop tôt le matin pour passer du temps de réunion et de loisirs l’après-midi.

Le deuxième village est Anciranokoditra sur le lac Ampitabe, où nous sommes conduits à travers un charmant étroitCanal avec une végétation magnifique, qui n’a rien à envier depuis le jardin d’Eden — la nature dans son expression la plus harmonieuse. Et ici, comme à Ampanotoamaizna, vous sentez que vous êtes au début des temps, où la vie obéit aux changements du jour et de la nuit, des saisons, du « temps humain » qui façonne ses valeurs. Ici, le temps humain, les traditions, les racines, les gens, la paix et non les biens matériels prévalent. Personne ne se plaint de quoi que ce soit. Mère nature et vie imposent leurs règles primordiales, leurs propres équilibres. Enmonde technologique moderne où nous vivons, les gens se plaignent de choses triviales, comme une pluie qui a perturbé leur horaire ou un léger retard dans le métro 3-4 minutes…

Je regarde les visages robustes mais sereins de certains hommes et femmes, leurs doux sourires, leur regard lucide et je vois l’existence de la vieille civilisation humaine, où les traditions, les racines, les souvenirs, les gens et les ancêtres ont régné. Tout cela semble exorciser leur pauvreté, les rendant riches, plus riches que les humains.de l’Occident, plus résilients, plus fiers. Tout cela les protège de l’oubli et de l’oubli, le déracinage auquel la civilisation technocratique mène les gens.

En traversant le village et en atteignant la côte, où les vagues sauvages de l’océan Indien ont éclaté, je tombe dans le retour des pêcheurs. Ici, les pêcheurs pêchent au risque de leur vie. Avec de petits monopoles creusés dans un tronc d’arbre, ils sont ouverts dans l’océan et sont obligés de passer de 4 à 5 rangées de hautes vagues. Mais le retour est plus douloureux, puisque ce dernierWave les jette ainsi que leur monowood à plusieurs mètres sur la plage de sable.

En quittant le village, j’ai remarqué que dans deux cabanes, il y avait deux petits panneaux solaires avec lesquels ils chargent les téléphones portables. Mon batelier m’a demandé et il a découvert que deux jeunes pêcheurs avaient des téléphones cellulaires qui leur avaient été fournis dans le cadre d’un programme de l’une des ONG opérant sur l’île. J’ai eu peur. Je suis venu au paradis et j’ai découvert l’existence de téléphones portables. Il n’y avait ni électricité, ni eau potable, ni école, ni port, mais il y avaittéléphones portables. La technologie du téléphone cellulaire s’est infiltrée dans cette partie préservée de la planète. Au fait, combien de temps ce paradis resterait-il un paradis ?

Sur le lac Ampitabe où j’étais, et cela signifie « nid de rêve », il y a une petite île de trois hectares appelée « île des coqs ». Cet îlot, qui est un petit parc naturel privé du Palmarium Hotel, abrite quelques lémuriens nocturnes, l’Ai-ai. Les entrepreneurs de Palmarium profitent de l’existence de l’aii et coûtent un forfait services comprenant le transfert en bateau du village de Manambato au lac Ampitabe, l’hébergement à Palmarium et la visite/visite de « l’île du Coq » la nuit à quelques centaines de dollars par visiteur riche, alors que 60 % de la population de Madagascar consomme environ 30 minutes d’euros par jour. Un autre « piège pour les touristes », dangereux pour la perturbation du paradis.

J’ai appris l’existence de l’aii il y a plusieurs années, par l’écrivain humoristique anglais Douglas Adams, lorsqu’il les cherchait en 1985,sur un îlot idyllique, Magabe, sur la côte sud-est de Madagascar, qui était leur dernier refuge sur terre. Les quelques ai-ai ont été déplacés vers l’île de Magabé vers 1965 pour éviter l’extinction. Je ne sais pas comment ils sont arrivés sur « l’île des coqs », qui remplit les hôtels du lac Ampitabe de riches touristes.

Le coût prohibitif de la visite m’a empêché de toute tentative, même si la description des aii daes par Douglas Adams m’a osé les voir bien avant.le voyage : « C’est un animal très étrange qui semble avoir été assemblé à partir de morceaux d’autres animaux. C’est un peu comme un gros chat avec des oreilles de chauve-souris, des dents de castor, une queue comme des ailes d’autruche, un majeur comme une longue branche sèche et des yeux énormes qui semblent regarder au-delà de vous, un monde complètement différent situé juste au-dessus de votre épaule gauche. »

Quelques semaines plus tard, à Hell-Ville, capitale de l’île de Nosy Be, la destination la plus touristique de Madagascar, en dehors du marché nocturne deMarché central Je vois une multitude de jeunes pêcheurs et vendeurs qui regardent sur un écran géant les réalisations du monde occidental : voitures de sport de luxe, gratte-ciel, manoirs de piscine, jeunes gens bien habillés aux sourires éblouissants. Tout cela dans une société pauvre. Le riche Occident fermait ostentativement le regard sur le pauvre jeune de Nosy Be.

Bientôt, ils pourront tous les voir sur leur écran mobile. Les images trompeuses les appelleront comme des sirènes pour quitter le pays des ancêtres., ce qui donne l’illusion que leur acquisition équivaut au coût d’un billet d’avion. Leurs lieux paradisiaques, que ce soit les villages de Nosy Be ou de Pangalanes, ne pourront guère les retenir. Ensuite, les sirènes de la richesse matérielle et des illusions risquent de les amener à l’enfer des points chauds d’un pays occidental civilisé.

Je regarde autour de moi à l’ère du Covid-19, et je vois partout des jeunes et des nouveaux câblés, fixant leurs téléphones cellulaires, absorbés par unla réalité et complètement coupée de l’environnement extérieur, la « vraie réalité ». Le télétravail, les nouvelles technologies, les réseaux sociaux et les mobiles ont tendance à créer, même dans l’ère post-Covid, beaucoup plus de personnes seules exposées à une foule non réglementée et intangible. Beaucoup semblent prêts à vivre l’ère qui suit le coronovirus comme avant.

La technologie semble avoir un effet catalyseur sur la disparition progressive de la culture du rassemblement social et de laémergence de l’individualité par rapport à la collectivité. L’homme moderne, coupé des principales composantes de la vie, semble être hypnose et est devenu réceptif aux illusions, tout en ayant l’illusion de vivre. L’homme moderne n’entend plus la cloche du temps.

Les villages de Pangalanes continueront d’exister, tant que les gens qui y vivent continueront de chanter la nuit sous le ciel étoilé lumineux et de raconter des nouvelles, les histoires de leurs ancêtres. Quand il n’y aura pas de petitdes histoires à raconter, lorsque la réalité a été remplacée par une autre, « virtuelle », alors régnera l’oubli, l’oubli, l’abandon, sera la fin du ciel.

Je ne peux pas imaginer qu’à une époque post-Covid, probablement peu sûre, les marchands de voyages remplaceront le « vrai » paradis par des paradis artificiels, par des vacances virtuelles, comme c’est le cas dans le film de Paul Verhofen, « Total Recall », où Arlold Schwarzenegger tente d’acheter auprès de la société de voyages « Rekall »souvenirs de vacances avec l’implantation d’une puce. « Moins cher, meilleur et plus sûr que réel » déclare le vendeur.

« À quel point le voyage a-t-il l’air réel ? » demande Schwarzenegger. « Autant qu’un souvenir », répond le vendeur. Je ne peux pas imaginer qu’à l’avenir, même pour des raisons Covid, les voyages seront faux, virtuels, un « achat de souvenirs ». Au moins pour moi, le paradis des Pangalanes était réel et mes souvenirs étaient réels.