Quel rôle laissez-vous en Égypte ?

12

La légitimité remise en question, le rejet d’un « front sunnite ».

Alain Gresh

A lire aussi : Quel est le salaire moyen d'un Marocain ?

L’Égypte joue-t-elle toujours un rôle régional ? Pouvez-vous rivaliser avec l’Iran et la Turquie et affirmer une place prééminente dans le monde arabe ? La plupart des journalistes et analystes du Caire ne répondent pas à ces questions ; en raison de l’image de leur pays aux prises avec ses problèmes internes et incapable de comprendre le monde autrement que par le prisme d’une guerre mondiale contre les Frères musulmans, au moment même où l’Arabie saoudite tente de créer un « front » sunnite » contre l’Iran.

« La visite du président Abdel Fattah Al-Sissi en Allemagne a illustré les problèmes auxquels est confrontée la définition d’une politique étrangère. Le président tente tout d’abord de reconnaître sa légitimité, une préoccupation que Hosni Moubarak n’avait pas », explique un journaliste influent pour un journal gouvernemental, qui ne veut pas être identifié. Cette visite à Au début du mois de juin, l’Allemagne a suscité des réactions étonnantes, drôles ou même débordeuses dans de nombreux secteurs d’une opinion égyptienne peu sensible à la couverture médiatique flatteuse qui tente d’effacer les nombreuses critiques des politiciens et des journalistes allemands. Ils, ainsi que de nombreux Égyptiens en revanche, ont été déçus de voir les rais accompagnés d’artistes chanter leurs louanges (littéralement) ou de journalistes qui applaudissent sur leurs pieds la moindre déclaration de « leur » président lors de leur conférence de presse avec la chancelière Angela Merkel. Les déclarations de ce dernier qui échouent à la condamnation à mort de l’ancien président Mohamed Morsi ont été censurées en direct à la télévision officielle (non traduites).

A découvrir également : Comment acheter une maison à Madagascar ?

Entendre le président dire que « Dieu m’a créé en tant que médecin qui connaît les maux et prescrit des remèdes » /1 , a terrifié plus d’un responsable égyptien, même dans les couloirs de la ministère des affaires étrangères très prudent.

Cette recherche débridée de légitimité du pouvoir résultant d’un coup d’État le 3 juin 2013 – le président a dû annuler sa participation au sommet de l’Union africaine en Afrique du Sud en juin après que des organisations locales ont déposé plainte devant les tribunaux et demandé son arrestation – s’accompagne d’une fixation dans la lutte contre les Frères musulmans, qui enlève même les alliés de l’Égypte.

Fin de la lune de miel avec Riyad

« Nous voulons imposer, poursuit notre interlocuteur, notre vision d’une confrontation mondiale avec les Frères musulmans à tous les niveaux régionaux. Cependant, notre alliée, l’Arabie saoudite, a levé son veto à la coordination avec les Frères, en particulier au Yémen et en Syrie. La priorité de Riyad a changé avec l’ascension du trône de Salmane pour qui l’Iran est le principal ennemi. Les Saoudiens tentent de mettre de l’ordre dans le « Maison sunnite », ont repris les pourparlers avec la Turquie – un régime qui ne manque pas de dénoncer l’illégitimité de Sissi, ils soutiennent Al-Islah au Yémen et les Frères en Syrie. »

La lune de miel entre le Caire et Riyad est terminée et les médias égyptiens n’hésitent pas à critiquer les Saoudiens, bien que sans passer par les lignes rouges : le régime est trop dépendant de la manne financière du Golfe pour pouvoir rompre ou même développer une politique régionale trop autonome.

Si quelques mots sont souvent cités, le roi Abdelaziz, fondateur du régime saoudien, aurait confié, sur son lit de mort/2 , à ses fils : « Le bonheur du royaume réside dans le malheur du Yémen ». Mustafa Labbad est directeur du Chark Center for Regional and Strategic Studies. Comme tous les centres qui ne dépendent pas directement des autorités, il est faible, ce qui rend impossible l’organisation d’un colloque quelconque. Une autre anecdote raconte : « Sur son lit de mort, Abdelaziz aurait dit que l’Égypte devait avoir de l’eau jusqu’au nez ; pas plus haut pour ne pas se noyer, ni baisser pour pouvoir nager. »

« L’Arabie saoudite, poursuit-il, ne veut pas de l’Égypte comme partenaire, pas même de deuxième niveau. Il ne veut pas non plus d’un front arabe uni, et encore moins de la force militaire commune soulevée par l’Égypte. Ainsi, la décision saoudienne d’attaquer le Yémen a été prise deux jours avant la tenue du sommet arabe, et l’Égypte en a été informée quelques heures avant son début. » À tel point que, dans un premier temps, le ministère égyptien des Affaires étrangères a publié un communiqué indiquant que le Caire ne participerait pas à l’attaque. Quelques heures plus tard, le président Sissi a affirmé que son pays était pleinement impliqué dans la coalition mise en place par Riyad…

Le Yémen face à tous les dangers

La question yéménite résume les contradictions de la politique étrangère du Caire. Non responsable, pas de journaliste, aucun citoyen ne veut une implication égyptienne, et tout le monde craint un rouage qui conduise son pays à intervenir contre sa volonté. Le souvenir de la guerre menée par le président Gamal Abdel Nasser en soutien au jeune régime républicain (1962-1970) et qui a coûté la vie à 26 000 soldats égyptiens/3 tourmente toujours les souvenirs, surtout ceux de l’armée. « Nous avons coordonné nos efforts avec le Pakistan, les Émirats et Oman pour que les Saoudiens n’aillent pas trop loin », explique le chercheur Tewlik Aclamandos. Et l’Égypte fait pression pour des négociations, d’autant plus que l’équilibre des opérations militaires de la coalition se limite à la destruction des rares infrastructures du Yémen et à une situation humanitaire alarmante dénoncée par la Croix-Rouge internationale face à une étrange indifférence internationale.

L’Égypte a refusé d’envoyer des hommes sur le terrain et a limité au déploiement de certains navires dans le détroit de Bab El-Mandeb, où des navires se dirigent vers le canal de Suez, un détroit déjà étroitement surveillé par la marine américaine et française. « Si le Pakistan a pu se réfugier derrière le vote de son Parlement pour justifier son refus d’envoyer des troupes, Sissi n’a même pas le même prétexte, il n’y a plus de Parlement en Égypte. Et les Saoudiens n’oublieront pas tout cela », conclut Labbad.

Vous cherchez une solution de remplacement au « médecin créé par Dieu » ? En tout état de cause, même les Émirats arabes unis, même considérés comme étant le pays le plus proche de la vision égyptienne d’une lutte mondiale contre les Frères musulmans, semblent poser des questions. Comme le rapporte la journaliste Dina Ezzat, « un haut dirigeant égyptien est venu à Abou Dhabi pour se plaindre qu’Ahmed Chafik, un candidat malheureux contre Morsi au deuxième tour de l’élection présidentielle de 2012, se poursuivait. ses activités politiques dans cette capitale ». Il a annoncé le 14 juin qu’il se retirait de la présidence du parti qu’il dirige, mais il est peu probable que cela dissipe l’impression qu’il est toujours « en réserve » au cas où Sissi échouerait.

Une nouvelle répartition des eaux du Nil

« Nous assistons à une réorganisation générale de la région, explique un journaliste d’Al-Ahram, à la fois interne et géopolitique. Dans une ou deux décennies, cela ne ressemblera pas à ce que nous savons aujourd’hui. Mais l’Égypte est trop faible pour influencer le cours des événements, elle se contente de concentrer ses efforts sur son environnement voisin, et ses succès sont modérés. »

Pour Mohamed Megahed Elzayat, du Centre régional d’études stratégiques et membre du Conseil égyptien des affaires étrangères, « Avec l’Éthiopie et le Soudan, nous avons obtenu, en mars 2015, un accord intérimaire qui n’est certainement pas défini, mais qui a favorisé la détente avec notre voisins du sud ». Ce texte a été célébré comme une victoire du président Sissi. Moins diplomatique, un responsable proche du dossier précise : « Le président a pu vendre à l’opinion publique un compromis qui, en fait, ratifie une nouvelle distribution des eaux du Nil et remet en question un traité datant de 1929. L’Éthiopie, soutenue par les États-Unis, s’affirme comme une force régionale, et la construction sur le Nil du barrage de la Renaissance confère la légitimité du régime. Nous avons exigé l’arrêt total de sa construction, contrairement aux accords régissant la distribution des eaux du Nil, mais nous avons dû revenir en arrière. » Le discours de Sissi devant le Parlement éthiopien, puis sa visite au Soudan pour l’intronisation d’Omar Al-Bachir après sa réélection à la présidence, ont donné l’impression que l’entente avait été rétablie entre les trois pays, lorsque le barrage stockera 12 milliards de mètres cubes chaque année dans au détriment de l’Égypte. « Mais les difficultés de l’eau ne se feront pas sentir avant une décennie », accorde notre fontaine.

Un autre dossier crucial, celui de la Libye. « Nous soutenons le gouvernement légitime, explique un diplomate. Les Occidentaux disent que nous devons être équilibrés, mais nous avons d’un côté un gouvernement légitime, celui de Tobrouk et de l’autre une occupation de l’ouest du pays, en particulier Tripoli, par des milices, certaines d’entre elles liées au terrorisme international et ont obtenu le soutien d’États étrangers. » Le Qatar est bien sûr noté sans mentionner son nom. Il est certain que les illusions concernant le général Khalifa Haftar, qui a déclenché une rébellion militaire et qui a été armé par le gouvernement de Tobrouk (reconnu par la communauté internationale) ont été dissipées. Son armée, reconnaît Aclamandos, « a plus d’officiers que de soldats ». Mais le Caire reste réticent à traiter avec le gouvernement de Tripoli, qui comprend en particulier les Frères Les musulmans, lorsque tous les autres gouvernements, européens et Golfe, l’ont fait. Le diplomate affirme que son pays « soutient les efforts de Bernardino León, le médiateur de l’ONU, mais il ne doit pas faire trop de concessions au gouvernement de Tripoli ». L’Égypte a organisé une réunion de représentants des tribus libyennes le 25 mai, mais avec peu de succès, n’ayant répondu à l’invitation que ceux qui étaient en faveur du gouvernement Tobrouk. La réunion s’est terminée – sans surprise – par un refus total de discuter avec les islamistes et les frères, assimilés à une organisation terroriste.

Entre 10 000 et 12 000 insurgés dans le Sinaï

La dernière région prioritaire pour le Caire, Gaza et surtout le Sinaï. À plusieurs reprises depuis son accession au pouvoir, l’armée a proclamé haut et fort qu’elle avait mis fin à l’insurrection du groupe Ansar Beit Al-Maqdis, devenu une filiale de l’Organisation de l’État islamique (OEI) sous le nom de Wilayat Sinai (province du Sinaï). Cependant, l’agence de presse égyptienne Mena a reconnu le 27 mai qu’au cours des cinq premiers mois de l’année, 643 personnes ont été tuées, dont 177 civils et membres des forces de sécurité. Et chaque jour, les médias rapportent des « attaques terroristes » dans la région. Un journaliste expert du Sinaï a transmis, terrifié, des informations récentes qui lui avaient été communiquées par certains officiers : Wilayat Sinaï aurait entre 10 000 et 12 000 guérilleros, certainement encouragées par diverses motivations – idéologie bien sûr, mais aussi le désir de vengeance contre les exactions du droit les forces de l’ordre ou pour les profits générés par différents types de trafic qui ont toujours prospéré dans cette région isolée et négligée par le gouvernement central – mais déterminés et bien informés du terrain.

Pour les médias égyptiens, dont les positions se limitent parfois au racisme antipalestinien, la cause de l’instabilité au Sinaï serait due avant tout au soutien que le Hamas accorderait à l’IEO. Cependant, peu de journalistes ou de chercheurs avec qui j’ai parlé partagent cette vision manichéenne. On peut même dire que le gouvernement n’a pas coupé tous les ponts, comme le montre une décision rendue par un tribunal à la fin du mois de mai, infirmant la décision de déclarer le Hamas une organisation terroriste.

Un double siège

Un journaliste, qui connaît très bien la région, résume le sentiment général. « En effet, les groupes djihadistes ont des bases de retraite à Gaza et, sans aucun doute, responsables des Brigades Al-Qassam, l’aile militaire du Hamas, ils le savent ; mais ces milices sont autonomes et ne sont pas nécessairement responsables devant les dirigeants politiques. Autre facteur compliquant, le Hamas est confronté à une réponse djihadiste salafiste, encouragée par la non-reconstruction de Gaza après l’agression israélienne de l’été 2014 et l’impossibilité de mettre en place d’un gouvernement d’unité nationale ». Si le terminal de Rafah, le seul qui permet aux gens de se déplacer entre Gaza et l’Égypte, a été ouvert quelques jours en juin, il est essentiellement fermé depuis un an. Certains auteurs n’excluent pas – ce qui les inquiète – que le Hamas lui-même explose et que des groupes djihadistes s’imposent sur ce territoire, sous un double siège israélien et égyptien. Si une source diplomatique égyptienne affirme qu’il n’y a plus de contact avec le Hamas, on peut penser que l’armée et les services d’information, qui gèrent directement le dossier palestinien depuis au moins deux décennies, ont gardé certains canaux de communication ouverts. D’autant plus que le Hamas a renforcé son apogée face aux monarchies du Golfe en soutenant l’opération saoudienne au Yémen.

Dans la nouvelle ville du 6 octobre, à une trentaine de kilomètres du centre-ville du Caire, Maasum Marzuk, ambassadeur à la retraite, nous accueille dans le café d’un immense centre commercial. Son itinéraire est celui d’une génération qui n’a pas cessé de voir leurs espoirs déçus, mais qui souhaite poursuivre la lutte pour les idéaux de leur jeunesse. En 1968, il a participé aux manifestations d’étudiants demandant la condamnation des officiers responsables de la défaite de juin 1967. Il s’est inscrit dans l’armée, participant aux commandos de la reconquête du Sinaï en octobre 1973. Il entre par la suite dans la carrière diplomatique. Il n’a jamais dissimulé ses critiques sur la politique étrangère d’Anuar el Sadate et Hosni Moubarak et agit comme conseiller d’Hamdin Sabbahi, le dirigeant nasserien. « Entre 1991 /4 et 2011, nous avons poursuivi l’Arabie Saoudite. Aujourd’hui, nous ne sommes toujours pas en mesure de mener une politique autonome. Il serait donc dans l’intérêt de l’Égypte d’ouvrir un dialogue avec Téhéran, mais Riyad met son veto. » Il conclut : « La politique étrangère est le reflet de la politique intérieure. Si nous sommes dans un terrain intérieur instable, il ce qui est le cas, nous ne pouvons pas avoir de politique étrangère. »

Non seulement le terrain politique est instable. Dans le parc du centre commercial, deux jeux d’eau et d’électricité attirent une foule animée d’enfants. Deux millions d’Égyptiens seront également nés cette année, auxquels aucun gouvernement ne semble en mesure d’assurer un avenir.

17/06/2015

http://orientxxi.info/magazine/effacement-regional-de-l-egypte,0937

Traduction : Faustino Eguberri pour VIENTO SUR

Remarques

1/ Lire Al-Masry Al-Youm, 5/06/2015.

2/ Décédé en 1953.

3/ Rappelons que la guerre du Vietnam entre 1965 et 1975 a coûté la vie à environ 50 000 hommes et femmes.

4/ Fin de la première guerre du Golfe.

L’édition du magazine orientxxi.info fait référence dans le texte aux pages Web suivantes  :

Al Islah : http://orientxxi.info/magazine/au-yemen-des-freres-musulmans-pas,0561

Régime saoudien :

http://orientxxi.info/magazine/luttes-a-couteaux-tires-en-arabie,0796 Yémen : http://orientxxi.info/magazine/le-yemen-test-de-la-nouvelle,0868

Khalifa Haftar : http://orientxxi.info/magazine/scenario-a-l-egyptienne-en-libye,0600

Wilayat Sinaï : http://orientxxi.info/magazine/genealogie-du-djihadisme-au-sinai,0687

Naissance annuelle de 2 millions de nouveaux Égyptiens : http://orientxxi.info/magazine/egypte-la-natalite-repart-a-la,0537

Égypte

Revue de presse du 15 juin 2015

Mathilde du Pradel

Ces derniers jours dans la presse égyptienne :

Mercredi dernier, il y a eu une attaque terroriste dans le temple Karnak à Louxor : l’un des agresseurs est mort et un autre a été capturé ; quatre personnes ont été blessées, dont deux policiers. Quelques jours plus tôt, ce mois-ci, deux policiers avaient été tués lors d’une attaque près des pyramides de Gaza. Les autorités égyptiennes et les observateurs s’inquiètent d’un changement de tactique par les terroristes opérant sur le territoire, un changement qui viserait principalement à attaquer les sites touristiques afin de décourager les touristes de se rendre en Égypte et de nuire à la politique du gouvernement égyptien qui cherche à atteindre un certain nombre de visiteurs aussi importants que avant la révolution (on estime que le nombre de touristes a chuté d’au moins un tiers depuis 2011). Jeudi, le Premier ministre Ibrahim Mehleb s’est rendu à Louxor pour visiter le temple de Karnak et d’autres sites touristiques voisins pour rassurer les touristes et appeler à la solidarité internationale pour lutter contre le terrorisme.

Un policier a été condamné à 15 ans de prison pour le meurtre de Shayma el-Sabbagh, tué le 24 janvier 2015 lors d’une manifestation pacifique à la veille du 4e anniversaire de la révolution (voir les revues de presse précédentes). C’est la première fois qu’un policier est condamné par assassinat de manifestants sous la présidence de Sissi. La police est tenue responsable du meurtre de nombreux manifestants islamistes depuis le 30 juin 2013, ainsi que de nombreuses personnes ayant participé à la révolution de 2011 et aux manifestations qui ont suivi.

– Des groupes de défenseurs des droits humains en Égypte signalent une augmentation du nombre de disparitions, indiquant que des dizaines d’étudiants et de militants disparaissent, souvent enlevés par la police, ce qui nie toute implication dans ces disparitions. Ils réapparaissent généralement quelques jours plus tard devant les tribunaux, où ils sont libérés sans explication. Au moins deux personnes disparues ont été retrouvées mortes. Le groupe Freedom for the Brave estime que 163 personnes ont disparu depuis avril et que seules 64 d’entre elles ont été libérées.

– Les autorités ont annoncé l’ouverture du nouveau canal de Suez le 6 août 2015. Le le gouvernement s’attend à une forte augmentation des revenus générés par le canal (environ 100 milliards de dollars).

– Il y a un peu plus d’une semaine, le Premier ministre Ibrahim Mehleb a effectué une visite surprise dans deux hôpitaux publics égyptiens, a été surpris et exprimé « choqué » par l’état des infrastructures. Il a critiqué les médecins et les chirurgiens expliquant que les personnes qui attendent d’être guéries ont payé leurs études et mériteraient donc un meilleur traitement. Des médecins exaspérés par cette accusation et censurant le manque de matériel et l’absence de conditions de travail adéquates dans les hôpitaux publics, ont créé en réponse une page Facebook intitulée « Pour ne pas être surpris si vous venez » (https://www.facebook.com/lawgehnosurprise?fref=ts) dans laquelle des photos de différents hôpitaux de l’ensemble du territoire soulignent l’état catastrophique des structures actuelles : chats dans les salles d’opération et autres animaux partout dans le monde (serpents, chiens, chèvres), toilettes insalubres, alimentation insuffisante, matériel obsolète et inutilisable. À la suite de cette initiative, d’autres pages ont été créées pour signaler les mêmes problèmes dans d’autres services publics, en particulier l’éducation et les écoles publiques.

Revue de presse du 15 juin

Traduction : Faustino Eguberri pour VIENTO SUR

Mathilde du Pradel, étudiante en sciences sociales au lycée Ulm Street à Paris, est arabiste et spécialisée dans le monde arabe. Il vit actuellement au Caire. Il publie le site Web https://actuegypte.wordpress.com/ qui fournit régulièrement des informations sur la situation politique, sociale et économique en Égypte et sa traduction dans la presse. Dans VIENTO SUR, nous avons publié le 6/02/2015 son article sur l’Egypte, L’enslain avec les homosexuels et les athées en Égypte : une puissance plus islamique que celle de Les Frères Musulmans ?

http://www.vientosur.info/spip.php?article9800