En quelle année au Cambodge ?

66

C’était le 17 avril 1975. Le bataillon des Khmers rouges a envahi Phnom Penh. La dictature rouge khmère serait l’une des plus dévastatrices et des effusions de sang les plus dévastatrices : 1 Cambodgien sur quatre sera anéanti par les actions du régime khmer !

40 ans plus tard, aucune cérémonie de commémoration majeure n’a eu lieu aujourd’hui au Cambodge… Et que « fêter » après tout ? La mort de deux millions de personnes ? Tout le monde veut oublier. Et d’abord, le Premier ministre cambodgien, l’ancien Khmer Rouge lui-même.

A lire également : Pourquoi choisir d'aller au Brésil ?

ravagé par la guerre civile de cinq anset les attentats américains dans le contexte de la guerre du Vietnam, le Cambodge est tombé sans aucune résistance entre les mains des Khmers (une leçon d’histoire que nous ne devons pas oublier). Les Américains étaient partis le 12 avril 1975. Le président Lon Noll s’est enfui depuis le 1er avril. « Les gens ont acclamé, agitant des drapeaux. Je roulais sur le vélo pour voir ce qui se passait. Nous n’avons pas pensé à l’ombre de la mort à venir », se souvient Chung Kong en s’adressant à l’agence française. Il a perdu 16 membres de sa famille àquatre ans du cauchemar qui a suivi. À cette époque, Jung Kong enseignait le français dans une école qui devait être transformée en prison pour les ennemis d’un régime maoïste extrême qui a instauré un état de terreur.

Aujourd’hui, la célèbre prison de Tuol Sheng, connue sous le nom de S-21, est un musée et les écoles viennent visiter ses salles de classe qui avaient été converties en chambres de torture.

A voir aussi : Les services proposés par Elit Parking Lyon

« À 10 h ou 11 h du matin, les soldats Khmers rouges, armés de fusils, nous ont ordonné de quitter la ville. Notrea dit que c’était une question de quelques jours », se souvient aujourd’hui Kong, 71 ans.

Les Khmers rouges persécutent des intellectuels dans une société marxiste qui veulent purger en amenant les civils à travailler dans les champs, sans argent, sans famille.

Ce n’est que récemment (l’été dernier) que le procès des dirigeants de la Junte rouge khmère a donné lieu à quelques condamnations : Nuon Chia, idéologue du régime, âgé de 88 ans, et l’ancien dirigeant de la « Kabucea démocratique », Hyeu Samfan, 83 ans, ont été condamnésen août dernier, jusqu’à l’emprisonnement à perpétuité pour crimes contre l’humanité, principalement lors de l’évacuation forcée de Phnom Penh. Ils sont également accusés de génocide. Le Khmer Rouge le plus célèbre, Pol Pot, est mort sans jamais être jugé.

« Même si une centaine de responsables Khmers rouges sont jugés, cela n’a pas d’importance, car de toute façon ils sont en train de mourir », déclare ChungKong sceptique.