Le Costa Rica est-il dangereux ?

69

Le ministre du Tourisme Haris Theocharis a cité dans des déclarations lundi matin à Mega l’augmentation du niveau des restrictions imposées aux voyageurs des pays « dangereux » dans le contexte de la prévalence de la mutation Delta.

« C’est un fait que cet été serait difficile, c’est un exercice de grand équilibre », a d’abord noté le ministre du Tourisme, pour ajouter en ce qui concerne les restrictions :

A lire en complément : Que faut-il retenir du matelas camping-car ?

« Nous essayons de nous assurer que nous avons le moins de mesures restrictives possible, mais sans mettre en danger la santé desles touristes et nos citoyens ».

« En Grande-Bretagne, il y a une forte épidémie de Delta et le Portugal en trois semaines a un gros problème. Pendant trois semaines, la Grande-Bretagne a quitté le Portugal et s’est immédiatement propagée comme un incendie au Portugal. L’Allemagne est en quarantaine des Portugais. Cet équilibre est très difficile », a déclaré Theocharis qui a défini :

A lire aussi : Pourquoi partir en croisière aux Antilles ?

« Nous avons pris le contrôle total de tous ceux qui viennent des Émirats, de Grande-Bretagne, du Portugal et de Russie. Nous surveillons quotidiennement les positivités et nous sommes sortis hier., par laquelle quiconque vient de Russie doit avoir été testé indépendamment de la vaccination et de son arrivée à l’aéroport. Avant qu’ils ne viennent et après leur arrivée ici. »

« C’est un processus dynamique que nous suivons depuis le début », a-t-il expliqué, « nous surveillons les positivités à nos frontières. Dans les Balkans, nous n’avons pas de problème, nous en avons discuté avec M. Cioddra. Selon nos épidémiologistes, Spoutnik est un très bon vaccin. Mme Merkel peut parler aux pays qui l’ont approuvé et le faire aux citoyens.leur »

« Tous ceux qui viennent de Russie sont testés. De Grande-Bretagne, si vous avez été vacciné, le test n’est pas nécessaire », a expliqué le ministre du Tourisme. « À partir d’aujourd’hui », a-t-il dit en réponse à une question sur le marché russe, « des licences ont été accordées pour 39 vols par semaine en provenance de Russie. Jusqu’à présent, nous n’en avons pas eu beaucoup, de toute façon, nous ne risquerons pas la santé. Nous prenons les mesures nécessaires pour protéger les citoyens grecs ».

La carte avec des données épidémiologiques et des voyagistes « Nous avons une carte publique montrantdonnées épidémiologiques et celles de la vaccination. Chaque touriste peut choisir une région où le taux d’inoculation est plus élevé ; c’est le seul moyen de s’en sortir. Selon le marché, nous avons un cadre différent. La carte est un atout majeur pour le voyagiste », a souligné M. Theocharis lors d’un autre entretien.

En ce qui concerne les frontières terrestres, il a souligné que des groupes épidémiologiques spéciaux doivent être ouverts. À partir du 1/7, nous avons l’ouverture des frontières, des portes d’entrée pour le tourisme. En Thrace, Bulgarie, NordMacédoine et 24 heures sur 24. En même temps, trois portes sont construites (deux entrées plus une sortie) afin de servir plus rapidement les gens qui viennent dans notre pays. La Turquie est un marché important, mais les données épidémiologiques ne permettent pas d’ouvrir les frontières aux voyages touristiques. »

« Je n’ai fixé aucun objectif quantifié. L’objectif que nous devons atteindre cette année est la qualité. Premièrement, nous devons disposer d’un système intégré qui ne sera pas perturbé par les gens, et deuxièmement, la qualité avec la sécurité épidémiologique. Cette année seramieux l’année que l’année dernière », a-t-il estimé et décrit comme pessimistes les estimations d’occupation de 25%, alors qu’il n’a pas manqué de mentionner les personnalités qui ont déjà choisi – et annoncé – notre pays pour les vacances.

« Nous ne déformerons pas à la fois au niveau local et national pour prendre les mesures dont nous avons besoin », a répondu le ministre du Tourisme pour la possibilité de prendre des mesures locales. « Personne n’a de contrat avec le virus, donc nous devons tous être vaccinés, c’est la seule issue », a-t-il réitéré.