Quels sont les noms des habitants de Mayotte ?

297

« Personne n’est favorable à la souffrance. Mais ce qui est fait quand on est contre quelque chose, c’est ce qui fait la différence. » Avec cette phrase du journaliste Martín Caparrós, la Dre Cristina Bocanegra (Oviedo, 1981) commence les premières pages de sa thèse, consacrées à une maladie difficile à prononcer, que presque personne ne connaît, même ceux qui, avant leur travail au cœur de l’Angola, en ont souffert. On l’appelle la schistosomiase et bien qu’il s’agisse de l’une des maladies parasitaires les plus répandues, elle est l’une des moins étudiées . Pour nous comprendre : cela affecte les lieux de pauvreté.

A lire en complément : Pourquoi consulter un site de référence des Caraïbes ?

Bocanegra, qui alterne son travail de spécialiste des maladies infectieuses — a travaillé dans différents pays d’Afrique et d’Amérique latine — avec sa passion pour l’écriture et le reportage, a été attrapé COVID-19 dans un autre endroit reculé et difficile à prononcer que presque personne ne connaît : MayotteDr. Cristina Bocanegra, spécialiste des maladies infectieuses. , une petite île française située dans l’océan Indien, à côté de Madagascar et du Mozambique.

il coordonne le département de la tuberculose et a été là, en première ligne, dans les mois les plus difficiles de la pandémie. « Juste au moment où le confinement a commencé ici, il y a eu un tremblement de terre. Et bien sûr, c’était un gâchis. Vous étiez à la maison ou vous sortiez ? Parce que, d’une part, il fallait être à l’intérieur à cause du virus ; mais, d’autre part, quand il y a des tremblements il faut aller dehors », explique-t-il en riant comme une anecdote, mais surtout comme un exemple que ce qui est bon pour un endroit n’est pas bon pour un autre. « Certaines mesures contre le coronavirus, comme le confinement, peuvent causer d’autres maladies en Afrique Là,  », explique le médecin par vidéoconférence depuis Mamoudzou, la capitale de l’île, où la tuberculose, par exemple, est élevée prévalence.

A lire en complément : Quelles sont les formalités pour voyager en Egypte ?

Beaucoup de gens ont entendu parler de Mayotte pour la première fois ces jours-ci, car c’est l’un des endroits où la proportion de personnes infectées par le COVID-19 est la plus élevée. Pourquoi ?

Eh bien, à Mayotte, il y a un recensement officiel de 250 000 personnes, mais la population totale est beaucoup plus importante. Et si vous calculez le nombre de cas avec la population réelle, la proportion est beaucoup plus faible. En outre, plus de tests sont effectués ici que dans d’autres régions d’Afrique, par exemple. Au début, nous sommes allés à un confinement assez strict, comme celui décrété en France. Mais après les premiers cas détectés, les gens ne pouvaient plus rester enfermés, car la plupart des maisons ont des toits uralites, il fait très chaud et beaucoup de gens vivent ensemble. Ici, ils vivent tous les jours, c’est une économie de subsistance et, s’ils ne travaillent pas, ils ne mangent pas. Puis les gens sont sortis de nouveau et se sont déconfinés.

Il n’était donc pas très logique de le dire les gens qui étaient enfermés chez eux, sans fenêtres. En outre, le fait qu’ils soient ensemble pourrait accroître d’autres types de maladies telles que la tuberculose. Ce qui s’est passé alors, c’est que les cas étaient en hausse et coïncidaient également avec le ramadan, qui est traditionnellement un jour férié en famille, où ils se réunissaient au coucher du soleil pour manger ensemble et partager la pause du jeûne. Cependant, cette année, de nombreuses personnes ont évité d’aller voir leur famille, les plus âgées.

Et puis à Mayotte, il y a une tradition appelée le morengué, un match de boxe qui a été fait pour mettre fin aux querelles. C’est-à-dire que toutes les querelles de l’année ont été sauvées et celui qui a gagné la boxe l’a emporté. Vous évitiez d’aller aux épreuves et tout ça. Il y a des centaines de personnes pour le voir et c’était difficile à contrôler. Et cela a coïncidé avec l’augmentation du nombre de cas.

Quand le premier cas a-t-il été détecté ?

Bien plus tard qu’en Europe. Le Le virus est arrivé dans un avion en provenance de Paris. Aussi tard qu’il est arrivé et sur une île aussi petite que celle-ci, elle aurait pu être évitée plus facilement en contrôlant l’aéroport. À cette époque, de nombreux enseignants sont revenus des fêtes… mais aucune mesure n’a été prise avant le diagnostic des premiers cas.

Quelle est la situation actuelle ?

Il y a maintenant 15 à 20 cas par jour, alors que le pic était de 70 à 80.

Pourquoi sont-ils descendus si les gens sortaient encore ?

Je ne pense pas que tous les cas soient diagnostiqués, car au début, les gens avaient très peur et chaque fois qu’ils présentaient des symptômes possibles, ils allaient se faire dépister. Pas maintenant, c’est l’inverse. Comme la population est jeune et que les cas n’ont pas été aussi graves, les gens ont perdu leur peur. Il n’y a pas de concept de résidences ici. Il y a aussi une partie de la peur de la stigmatisation, que si elle est détectée, vous devez vous isoler, vous devez le dire dans le le travail… et tout cela se traduit par le fait qu’ils ne vont pas passer le test. Je pense également que, pour des raisons que nous ne comprenons pas entièrement et qui peuvent avoir un rapport avec les jeunes de la population, la transmission est vraiment en baisse.

Est-ce que c’est ce qui se passe en Afrique ?

Oui, je pense que Mayotte est le reflet de ce qui peut se produire dans d’autres pays. Ce qui se passe à Mayotte, c’est qu’il y a des ressources car, après tout, elles appartiennent à la France et c’est évident. Il est clair que ce n’est pas Paris, mais il est également clair que ce n’est pas l’Afrique. Il n’y a pas eu de pénurie de respirateurs ici, de médecins de réserve et de militaires. Et il y a un hôpital de référence sur l’île voisine de la Réunion, également français. Tous les patients nécessaires ont été évacués jusqu’à présent. Au début, l’hôpital de Mayotte n’a été laissé que pour le coronavirus et les autres maladies ont été dirigées vers la Réunion. Cela a très bien fonctionné et je ne comprends pas. pourquoi en Espagne, cela n’a pas été fait entre les hôpitaux de différentes communautés.

n’existe pas non plus de spécialité infectieuse en Espagne… Il

Eh bien, non. Et je pense que c’est un scandale. Parce qu’il y a toute la part de la santé internationale, bien sûr, mais c’est que l’Espagne est un leader mondial des greffes, et il y a toutes les infections associées à ces interventions, dans les traitements contre le VIH, les infections résistantes aux antibiotiques… Par conséquent, de mon point de vue, le fait qu’il n’existe pas de spécialité de ce genre est très grave car il leur est difficile d’assembler des systèmes essentiels : communication entre centres, formation formelle, emplois spécifiques, mécanismes de contrôle dans les hôpitaux, systèmes d’information — ce qui a été un désastre avec le coronavirus — communication avec les gouvernements… C’est regrettable pour les professionnels, mais surtout pour la société.

Lorsque la pandémie a commencé à frapper l’Espagne et qu’elles étaient nécessaires Docteurs, avez-vous pensé à venir ?

Bien sûr, tout le temps. J’ai écouté mes coéquipiers comment ils étaient… Je l’ai porté fatal. Et puis ils ont fermé les frontières, nous ne savions pas ce qui allait se passer. Il y a des gens que je veux au sein des groupes à risque et je pensais que si quelque chose se produisait et que je ne pouvais pas y aller…

Et quel a été le travail des professionnels de la santé durant les mois les plus difficiles, à Mayotte ?

En fait, c’était un peu bizarre, car au début, tout le monde était très nerveux, alors que tout était encore hors de contrôle en Europe et que nous pensions que la même chose pouvait se produire ici. Tous les vaccins ont été arrêtés et tout autre chose que le coronavirus a été annulé. Nous avons donc passé presque un mois alors qu’il n’y avait pratiquement aucun patient. Nous étions très stressés, mais cela ne correspondait pas à la propagation du virus ici.

Y a-t-il des patients en soins intensifs en ce moment ?

Oui, il dispose de 16 lits. Et il y a eu un trente morts.

Le virus touche durement l’Amérique. Comment pensez-vous qu’elle finira par affecter cette maladie en Afrique ? Quand va-t-on le remarquer ?

Il va causer beaucoup de dégâts en Afrique. Si le confinement est déjà difficile lorsque vous avez une débâcle autour de vous et que vous avez des chances d’être en présence d’un ERTE ou d’autres formes de subsistance, imaginez dans des endroits où il n’y a pas de telle chose et qu’il n’y a pas de perception que c’est si grave, qu’il s’agit d’une « maladie blanche », qu’ils voyagent… Dans ces pays, cependant, le virus a été plus lent parce qu’il n’y a pas autant de mobilité en général. Et il y a autre chose qui se passe en Afrique avec la mort et aussi à Mayotte. En Afrique, lorsqu’une personne âgée est malade, il n’existe pas de culture de l’emmener à l’hôpital. Les gens acceptent davantage la mort et meurent chez eux. Et ils enterrent la personne comme ils le veulent. De plus, si vous allez à l’hôpital, si la personne y meurt finalement, vous êtes chargé d’emmener le corps à enterrez-le. À Mayotte, par exemple, où la population est majoritairement musulmane, ils lavent le corps avant de l’enterrer. Et si cette personne est morte du coronavirus, elle ne peut pas. Et toutes ces personnes, si elles ne sont pas enregistrées, ne sont incluses dans aucune statistique. Nous avons envisagé d’aller dans les cimetières non officiels ces jours-ci pour voir combien de nouvelles tombes étaient là.

Qu’est-ce qui vous préoccupe le plus à propos de ce virus ?

Nous pensons que cela allait se produire depuis des années. Mais le jour où il est arrivé, je n’ai pas pu comprendre que cela allait paralyser le monde. Nous avons toujours vécu ainsi, toute l’histoire de l’humanité est passée, de temps en temps il y a une épidémie ou une pandémie qui a ravagé. Ce qui est différent, ce qui est intéressant, c’est qu’il a été traité à partir d’une position scientifique et, en attendant, nous attendons un vaccin. Si nous n’attendions pas cela, tout le monde finirait par être infecté. Et c’est la première fois ce qui se passe dans l’histoire. Je suis également préoccupé par ce qui cause également : l’augmentation d’autres types de maladies, comme la tuberculose. Être à la maison surpeuplé, comme je l’ai dit, manger mal, peu ou rien, aura d’énormes conséquences en Afrique. Non seulement à cause du coronavirus, mais aussi à cause des mesures contre le coronavirus.

Les migrants sont-ils toujours arrivés sur l’île ?

C’est une situation curieuse qui a été créée. Voici un type de migration en provenance de Madagascar et des Comores — Mayotte est la seule île des quatre îles qui composent l’archipel des Comores qui appartient encore à la France ; le reste a été décolonisé après un référendum en 1975—, des jeunes venus chercher la vie, qui ont d’abord cessé de venir parce que les Comores l’un des rares endroits où le coronavirus n’était pas arrivé… jusqu’à son arrivée et que les jeunes sont revenus à Mayotte.

Et puis, il y a un autre type de migration qui est une population du continent africain à la recherche d’asile politique qui a auparavant emprunté la Libye. De leur pays d’origine, ils se rendent en Tanzanie et, depuis la Tanzanie, ils prennent un bateau pour trois jours de voyage. Cela s’est arrêté. Mais ces jours-ci, des pateras sont arrivés avec des malades. Certains d’entre eux étaient atteints de coronavirus et d’autres ne l’ont pas fait, et une chaîne citoyenne a été mise en place pour que les agents de santé ne prennent pas de personnes.

Beaucoup de craintes sont mêlées. Et la peur ne vous amène pas à prendre des décisions logiques, mais à perdre vos papiers. Les gens ici, comme partout, ont eu très peur. Nous avons reçu un patient atteint de tuberculose cérébrale et il s’est échappé de l’hôpital parce qu’il avait peur du virus. Quand on lui a dit qu’il était déjà malade, il a paniqué. Nous avons dû expliquer qu’il ne s’agissait pas d’un coronavirus, mais de la tuberculose. Et il est déjà détendu.

Et y a-t-il eu d’autres secousses ?

Pas si fort, mais depuis 2018, les tremblements de terre ont augmenté. Il y a un volcan souterrain à 30 kilomètres de l’île qui est actif, et vous ne savez pas très bien ce qui va se passer. L’île a coulé d’un côté, il y a un risque d’explosion importante et de tsunami. De nombreux géologues et scientifiques l’étudient. Avant, le volcan était dans toutes les conversations. Pas maintenant, c’est le coronavirus. Et c’est un exemple de la façon dont la peur peut être manipulable.

Envisagez-vous de retourner bientôt en Espagne ?

Jusqu’en octobre, nous serons en alerte orange. Vous ne pouvez voler que pour des raisons qui le justifient.

Il cite Martín Caparrós dans sa thèse de doctorat. Pensez-vous que cette pandémie aidera la société à faire une différence, à faire quelque chose d’important contre la souffrance ?

Je n’en ai aucune idée. J’ai l’impression que nous avons tous le sentiment que ce système, ce rouleau à vapeur en croissance continue dans lequel nous vivons arrive à sa fin, mais nous ne sommes pas très clairs. comment le remplacer. La pandémie a peut-être renforcé ce sentiment et a peut-être accéléré certaines dynamiques. Mais les changements viennent toujours avec la souffrance. Ce que je sais, c’est que nous ne pouvons pas simplement laisser les changements que nous voulons entre les mains des autres, que tout le monde doit faire sa part, et les gens ont montré ce qui est vraiment important pour tout le monde, les soins sont devenus visibles. Et aussi, malheureusement, que peut-il se passer lorsque de tels soins sont fournis aux mains du marché.

Quel livre recommanderiez-vous aux lecteurs de ce journaliste ou d’autres journalistes ?

La faim. Ce livre est un virus et un tremblement de terre ensemble. Il vous laisse une sensation de douceur.