Voyager en camping-car : tout ce qu’il faut savoir

77
Voyager en camping-car : tout ce qu'il faut savoir

Avez-vous décidé de partir en camping-car pendant les prochaines vacances ? Mais vous ne savez rien de ce voyage itinérant ? Vous êtes à la bonne adresse pour savoir tout de cette nouvelle tendance. Retrouvez dans cet article l’essentiel des informations qu’il vous faut.

Avec quel véhicule partir ? 

Il existe différents véhicules pour partir en voyage en camping-car. Il y a d’abord la capucine, le modèle le plus répandu. Ce camion convient aux familles, avec son espace de 4 à 6 couchages. Mais les camping-caristes préfèrent de plus en plus le profilé, une version revisitée plus confortable et moins consommatrice. Vous pouvez choisir l’intégral, lui aussi polyvalent. Ou le fourgon, aussi appelé van aménagé. Il est idéal pour une personne ou un couple. Visitez le Concessionnaire YpoCamp pour retrouver tous ces modèles.

A lire aussi : Comment réserver une location de voiture en île de Martinique ?

Où trouver ces camionnettes ? 

Vous pouvez trouver ces camionnettes à la location. Plusieurs entreprises en proposent aujourd’hui à prix raisonnable. La capucine peut vous coûter 60 euros par jour et le profilé 75 euros. Si vous avez un plus gros budget, achetez du neuf ou d’occasion chez un concessionnaire. Après cela, il vous faudra régler le volet administratif.

Quels documents faut-il avoir sur soi ?

Pour conduire un camping-car, vous devez avoir un permis B. A condition de ne pas excéder les 3,5 tonnes de charge. Sinon, il faudra un permis de poids lourd. Aussi, si vous partez pour l’étranger, vérifiez que vous avez une assurance, les documents administratifs et les ressources nécessaires (logistique, argent, etc.).

A lire en complément : Pourquoi voguer en bateau aux Seychelles ?

Où stationner pendant le voyage ? 

Il existe plusieurs plateformes qui répertorient les lieux où pratiquer le camping-car. On peut stationner sur un parking, une aire de service ou une zone sauvage, dont le bivouac. Vous avez également le choix d’occuper un terrain privé, mais sur autorisation du propriétaire. Et même tenter de passer la nuit en pleine nature avec les risques que cela implique.