Quelle est la principale religion au Japon ?

312

*****0O Lefkadios Hearn (1850-1904) Lefcadius Hearn était l’un de ces intellectuels qui ont essayé de trouver la clé qui interprète la civilisation japonaise, c’est-à-dire qui répond aux questions sur les raisons pour lesquelles les Japonais vivent comme ils vivent, pensent comme ils pensent, se comportent comme ils se comportent, créent ce qui crée, etc. D’où tout cela vient-il ? Plus précisément : si tout cela a une particularité, d’où vient-il ? Par conséquent, dans ce cas, l’interprétation consiste à tenter de trouver le facteur quefaçonne la personne spéciale, l’idiosyncrasie de la culture japonaise.

Divers efforts ont été déployés pour trouver cette source. Ils peuvent se distinguer par divers critères, par exemple s’ils considèrent qu’il n’y a qu’une seule source de ce type, ou plusieurs, en considérant qu’une certaine période de civilisation japonaise (par exemple Heian, Kamakura ou Edo) est représentative de l’esprit japonais, la taille la plus culturelle étant considérée comme il joue le rôle de la source qui donne naissance à tout le reste, et ainsi de suite. Certains ont considéré comme une telle source.Culture Bushido ou samouraï. D’autres ont le climat. D’autres sont la religion du peuple japonais. Mais parce qu’il existe de nombreuses religions au Japon, d’autres ont suggéré l’une d’elles, tandis que d’autres en ont suggéré une autre. Parmi eux, d’autres pensaient que cette religion était Shinto. D’autres (ce qui est le cas le plus connu) Zen. Autres bouddhismes en général. D’autres font du confucianisme.

A lire en complément : Quel aéroport vers les Maldives ?

Lefcadius Hearn a été l’un de ces derniers. En d’autres termes, il considère que la source de la culture japonaise est la religion japonaise. Mais lequel ? debout surUn ? Dans l’affirmative, qu’a-t-il fait des autres ? Est-ce qu’il les a gardés silencieux ? Ou plus ? Dans l’affirmative, comment pensait-il qu’ils étaient combinés dans la vie du peuple japonais et avec leur combinaison, ils ont donné naissance à la civilisation japonaise ? Les réponses à ces questions doivent être traitées dans ce rapport.

Dans l’ouvrage du Japon : An Attentat at Interpretation, Hearn considère qu’il existe une religion qu’il appelle « la vraie religion du Japon » (« la vraie religion du Japon », p. 21). Comme il l’explique indirectement, par le mot « vrai », il signifie celui qui « pratiquait encore sous une forme ou une autre.de partout dans la nation » (p. 21). C’est l’ancêtre. L’ancêtre japonais, selon Hearn, a trois formes de base, qui sont domestiques, « d’origine purement japonaise » comme il le dit. D’autres formes d’origine bouddhiste les laissent au début de la discussion du sujet dans cette œuvre comme une origine non japonaise. Ces trois formes sont « l’adoration des ancêtres familiaux, le culte des ancêtres du pays ou de la tribu et le culte des ancêtres impériaux » (p. 21-22). Maintenant, ces trois formes de culte des ancêtrescontre lui, constituent la religion appelée Shinto. Ou inversement, Shinto est composé de ces trois. Le culte des shinto et des ancêtres sont des mots interchangeables.

A lire en complément : Qu'est-ce qu'un digital nomad ?

Cette définition du shinto par Hearn est particulière : elle identifie tout d’abord son ancêtre shinto et japonais. Cela soulève immédiatement la question, si le shinto est défini comme tel, qu’en est-il des dieux des éléments naturels, des phénomènes, etc., du « kami » connu de cette religion ? S’il a amené leurs ancêtres et leur culte dans un culte généraldes êtres surnaturels, alors il définira le shinto comme du polythéisme. Mais cela donne la définition la plus étroite. La réponse à la question de savoir ce qu’il fait avec les cams est la phrase suivante : « La première est la religion de la maison ; la seconde est la religion de la divinité locale, ou du dieu protecteur ; la troisième est la religion nationale » (p. 22). Par conséquent, les déités patronnes locales, les kami, sont également considérées par Lefkadian Hearn comme des esprits ancestraux. Ailleurs, cela devient plus clair : il considère le kami comme étant des esprits défectueux des morts. Rappelons que Hearna approuvé la théorie du célèbre évolutionniste culturel du XIXe siècle, Herbert Spencer, dans lequel la première forme de religion était le culte des chefs morts et que les dieux suivants en ont émergé. De cette façon, en les considérant tous dans un sens ou dans un autre comme des esprits ancestraux dépréciés, il unifie toutes les formes d’êtres divins adorés en shinto. L’équation shinto et le culte des ancêtres deviennent donc possibles.

Dans quel sens le culte ancêtre est-il une source de civilisation japonaise ? En ce sens que une grande partie de cette culture, c’est-à-dire la perception que les Japonais ont du monde, pourquoi ce qui se passe, leur comportement quotidien, leur action quotidienne, les décisions qu’ils prennent à propos de quoi que ce soit, où ils tirent les moyens de faire face à quoi que ce soit. tout cela vient de l’âme des ancêtres. Tout d’abord, une partie de la vie est consacrée au soin des esprits ancestraux, aux offrandes alimentaires et autres.espèce. Pourquoi ? Car « le bien-être des morts dépend du bien-être des vivants » (p. 30). Les vivants aident les morts et les morts dans une prise perpétuelle et continue : « Aucun des deux ne peut se passer de l’aide de l’autre : le monde visible et invisible est toujours uni par d’innombrables liens de besoin mutuel ; et aucune relation de cette union ne peut être rompue sans direct. conséquences » (p. 30).

Hearn résume les croyances du culte des ancêtres en trois initiales principales et deux probablement.Croyances ultérieures : « I) Les morts restent dans ce monde, hantant leurs tombes et leurs anciennes maisons et partageant de façon invisible la vie de leur progéniture vivante. II) Tous les morts deviennent des dieux, en ce sens qu’ils acquièrent un pouvoir surnaturel… III) Le bonheur des morts dépend des services honorables que leur offrent les vivants… IV) Tout ce qui se passe dans le monde, bien ou mal, bons temps ou récoltes abondantes, -cataclysmes et faim, -tempêtes, marées et tremblements de terre, -est l’œuvre des morts, V) toutles actes humains, bons ou mauvais, sont contrôlés par les morts » (p. 31). Comme il l’observe, ce sont des croyances qui n’ont rien de simpliste en elles : « ce sont des croyances terribles et effrayantes, et avant que le bouddhisme ne contribue à s’amuser, la pression sur l’esprit des personnes vivant dans un pays de cataclysmes a dû ressembler à un cauchemar sans fin » (p. 32).

Selon Hearn, cette religion est restée pratiquement la même, malgré ses changements dans le temps. Et la manière qui détermine la vie des gens demeure également. « Tout le contexte dela société est fondée sur elle, en tant que fondement moral. L’histoire du Japon est en fait celle de sa religion… Dans la société japonaise, presque tout provient directement ou indirectement de ce culte ancêtre. Et que, dans tous les cas, les morts plutôt que les vivants étaient les dirigeants de la nation et les secoueurs de son destin » (p. 32).

Nous observons que l’une des caractéristiques de cette interprétation de la civilisation japonaise à Hearn est qu’il considère le culte des ancêtres japonais comme une survie d’une religion quiautrefois était universel, et toutes les religions ont commencé. C’est une survie depuis le début de la civilisation humaine, ou plutôt « avant lui, depuis l’époque où les morts étaient les seuls dieux ». La spécialité ne possède qu’en ce sens qu’elle a quelques « particularités intéressantes » qu’elle a développées au cours de son histoire — rien de plus.

Et le bouddhisme ? Le bouddhisme est une religion étrangère, mais il a été absorbé par le local. C’est la réponse de Lefkadius Hearn à la question de savoir comment les deux ont été combinés ou combinés. Bouddhisme a pris le relais et a fait partie du culte ancêtre, y ajoutant ses propres éléments de l’idée de réincarnations — mais d’autre part, se changeant lui-même, puisque tous ceux qui meurent dans la religion populaire, sauf exceptions, se terminant dans les différents enfers, devient « hotoke », Bouddha qui est à nouveau un être surnaturel, un dieu . Le bouddhisme est devenu une religion d’ancêtres.

On sait que, selon Hearn, de nombreux éléments du comportement quotidien du peuple japonais sont dus au bouddhisme. Comme nous le savons tous,non pas pour le bouddhisme de certaines classes d’élite, mais pour le bouddhisme populaire, la moyenne commune au peuple japonais, quelle que soit l’école bouddhiste à laquelle il appartient en tant que personne. C’est le bouddhisme que Hearn a décrit, et non pas celui des élites instruites, des monastères, des écoles, avec leurs grands systèmes philosophiques et métaphysiques. C’est le bouddhisme qui a pour centre les fantômes de moines, de guerriers, etc., comme dans le théâtre No, ou les êtres surnaturels, les bodhisattva, qui aident dans toutes les circonstances de la vie, et des vertus telles que principalement la compassion, la compassion qui démontreun canon, un jizo ou un Bouddha Amida. Le panthéon n’a jamais cessé d’exister : il s’est enrichi de nouveaux êtres surnaturels. Parmi eux se trouvent encore une fois les esprits des ancêtres. On peut dire que Hearn a finalement vu le bouddhisme absorbé par la religion domestique. Il s’agit également d’un polythéisme qui, au centre, au quotidien, dans le culte familial, a une fois de plus l’esprit des morts.