Qui a ouvert la route de la soie ?

21

« Je n’ai pas dit la moitié de ce que j’ai vu, parce que je ne serais pas crédible » — Marco Polo

Une soirée chaleureuse. Ordinateur portable ouvert devant moi, autour de livres dispersés, de notes, de disques durs. Les notes douces d’un piano jazzy dévoilent leur fil dans l’espace. Les touristes se promènent devant les fenêtres et explorent le centre historique d’Athènes. Les voyageurs qui sont venus. Et moi, assis confortablement sur ma chaise, je les observe. Un voyageur qui est revenu.

A lire aussi : Comment voyager sans carte d'identité ?

Racontez-moi votre histoire, je pense… d’où vous venez, quelle est votre destination, quelle est votre destination,les impressions que vous avez jusqu’ici — et quelles attentes. Les deuxièmes affectent toujours les premiers, après tout. Et, si vous voulez, je vais vous dire le mien.

Quel est l’intérêt d’un voyage si rien n’a changé en vous sur le chemin du retour ? Mais combien de personnes partent fermés comme des châteaux fortifiés… et reviennent tout aussi fermés, sans fissure dans leur structure. Comme avant, en tout, sauf quelques photos, quelques souvenirs et moins d’argent dans la poche.

A découvrir également : Quel rôle laissez-vous en Égypte ?

Le voyage n’est pas seulement la distance parcourue, il ne s’agit pas seulement des photosvous faites, la nourriture que vous mangez, les contacts que vous avez, les visites de lieux, de marchés, de monuments. Ce n’est pas la connaissance que vous acquérez, ce n’est pas la connaissance que vous avez été indifférent d’apprendre. Ce n’est pas vos poses chic sur les réseaux sociaux, ce n’est pas l’argent que vous avez dépensé. Ce ne sont pas les produits que vous avez achetés. Ce ne sont pas les jours de vacances de routine, juste assez pour recharger les batteries et recommencer le même cours sur le volant. Vous et les hamsters qui tournent autour.

Le voyage est (ou devrait être) qui clique en vous —coq qui a tourné et déplacé le ruisseau. Le cœur qui s’est ouvert et a débordé. L’écoulement de la rivière qui avance et sur les rives desquelles le passé s’enfonce dans la boue. Et tu inventes quelque chose de nouveau avec cette boue.

S’il y a eu un clic, même un petit clic, le voyage a été couronné de succès. Si ce n’est pas le cas, vous étiez une forteresse et vous restez une forteresse. Rien n’a changé. Quel est l’intérêt de voyager alors ?

Nous avons emprunté la Route de la Soie, en suivant un ancien chemin dont les traces sont perdues dans les profondeurs des déserts — du sable constamment renouvelé,comme une autre mer et ceci, sec et illimité. Et nous avons vu une Chine inconnue de nombreuses personnes, au-delà des guides de voyage et des brochures touristiques. Et j’essayais, avec Kazantzakis comme guide personnel, de pénétrer en quelque sorte la surface des phénomènes, de briser la croûte du touriste… et de ressentir quelque chose de l’essence des choses. Je me demande si je l’ai fait.

Et dans cette série de présentations… maintenant que je suis de retour et que je mets de l’ordre dans mes impressions… Je vais essayer de partager avec vous tout ce que j’ai vu, tout ce que j’ai vu,Je me suis senti. Les impressions, les surprises — et le grief du voyageur qui est revenu.

Et pendant que les touristes à l’extérieur des fenêtres continuent de courir, ayant, qui sait quelles pensées sont dans leur esprit, je vais mettre de l’ordre dans la mienne. Et vous, mon ami, qui lisez… savez, je vous considère comme un voyageur comme moi — peut-être que vous aussi cherchez quelque chose que nous recherchons toujours et qui nous échappent presque toujours. Peut-être cherchez-vous à briser la croûte des phénomènes, à trouver quelque chose de l’essence. C’est pourquoi vous êtes ici maintenant, c’est pourquoi je partageMon voyage avec vous.

Je commence depuis le début…

*****0 Jour 0-1. Aéroports, Istanbul, Pékin, Xi’an

Âmes itinérantes

J’ai commencé le voyage avec un esprit vierge. Très peu de notes sur la Route de la soie que j’avais lues, ne connaissaient pas très peu de choses sur les destinations. Je voulais le savoir en cours de route. Inconsciemment, je cherchais cet élément de surprise agréable, qui me semble souvent manquer dans le reste de ma vie quotidienne. Même s’il est silencieux, c’est toujours une routine quotidienne — soignée, planifiée etprévisible.

Je ne voulais pas une autre routine, je ne voulais pas une autre répétition. Le travail, la maison, les heures, les contacts souvent limités aux mots derrière les écrans… Je n’ai pas cherché à accéder à Internet tout au long du voyage. Je voulais juste m’enfuir. Et l’existence d’un plan de voyage prévu m’a permis de laisser les choses se produire une fois, au lieu de les poursuivre comme un chat qui tourne autour de sa queue…

J’ai manqué de voyager à l’étranger, trois ans se sont écoulés depuis la dernière fois. Et je suis reconnaissant àMon père, qui m’a donné l’occasion de faire un voyage aussi éloigné et si différent. Mais ce que j’ai vu n’est que la moitié du voyage. L’autre moitié se déroule maintenant. Au moment où j’enregistre des impressions, je collectionne des photos, je partage des réflexions. Et j’essaie de sentir ce clic en moi, ami lecteur, que je souhaite être le vôtre.

*****1 Voici les passagers qui volent dans l’avion comme des aérotiques. L’image est ébranlée, dirait-on — mais, pensez, c’est ainsi que la fluidité devoyageur juste avant le vol. Celui qui est pressé de voler avant même que l’avion ne quitte le sol. Il semblerait donc qu’ils s’enfuient à ce moment-là : voyageurs, aéroport, terre. Des corps fluides, suivent le chemin de l’âme. La danse à l’intérieur de vous recommence. Il est temps de se souvenir des étapes…

Point de départ : Istanbul. Destination : Beijing. Durée du vol, environ 10 heures. Arrivée : l’après-midi suivant, heure locale (nous avons 5 heures de différence avec la Chine).

L’avion de la compagnie aérienne turque était confortable —Je ne tiens pas compte du fait qu’ils nous ont changé, à la dernière minute, les positions que nous avions réservées. Halali, cependant, cette hôtesse de l’air turque aux cheveux noirs était la même, quelle que soit la position dans laquelle vous étiez assis. Les sièges étaient dotés d’écrans sur lesquels vous pouvez regarder un film de votre choix. Sur le même écran, vous pouvez voir la carte du cours du vol ou voir en direct à l’extérieur d’une caméra à l’avant de l’avion, particulièrement impressionnante lorsque vous atterrissez, lorsque vous avez vu le sol s’élever.vous.

Mais même si j’ai passé un moment agréable à regarder « Forest Gump » après des années, le vol aurait disparu sans la présence du livre.

*****2 Je ne choisis jamais au hasard quels livres emporter avec moi en vacances ou en voyage. Et bien sûr, je ne pars jamais sans quelques livres avec moi, même si le temps de lecture est court. Même ces 15 à 20 minutes que je pourrais voler en lisant quelques pages dans une station éloignée signifient quelque chose. La voix de l’écrivain qui parle en vous et dit : « Frappe-le, mec. » L’entrepriseau-delà des chaînes du lieu, du temps et de l’humeur.

Les tentatives de sommeil en position assise pendant la nuit étaient correctes, mais elles ont été laissées dans la tentative. Les vibrations de l’avion lors de la traversée du désert de Taklamakan m’ont amené à me dire : « Voici les premières difficultés de la route de la soie ». Il était une fois, cependant, au cours du long voyage nécessaire pour traverser les vastes étendues orientales, les voyageurs ont été confrontés à des tempêtes de sable, des glissements de terrain, des maladies, des pénuries d’eau, ainsi qu’àdes raids de bandit — et vous allez vous plaindre parce que vous n’avez pas dormi la nuit ? Pas vraiment, messieurs.

Le voyageur d’autrefois avait toujours le but au bord de son esprit. L’oasis au bout du désert. L’adversité du voyage semblait peu comparée à la lueur de la soie, de l’ivoire et des épices… Les difficultés étaient indifférentes par rapport à l’argent, à l’or, au thé, au papier, aux animaux rares et, oui, aux femmes. C’est leur perspective qui lui a donné l’impulsion de continuer, malgré les difficultés. Peut-être l’une des raisons pour lesquellesLa calomnie des difficultés de la vie quotidienne est le manque de perspective ou le manque de but.

Il est temps de jeter un autre coup d’œil à cette hôtesse de l’air turque.

Arrivée à Pékin ! J’ai été ravi de remarquer les passagers (chinois, en majorité) qui se sont levés de leur siège immédiatement. Avec la même émotion, j’ai continué à les observer alors qu’ils se tenaient debout au même endroit, toujours sur la même piste de l’avion — et le temps passé, l’avion est resté au sol et stationné, mais les portes ne s’ouvraient pas. Dix minutes,Vingt minutes, une demi-heure… et les passagers, debout, ont attendu patiemment. À l’avant, l’écran montrait un portail avec un véhicule de transport stationné devant lui. L’avion est toujours, les portes sont fermées. Et les minutes pesaient comme des empreintes de pas géantes. Mon frisson avait atteint son apogée. Sans rien faire, j’ai pris une photo des passagers.

*****3 Toutes les bonnes choses se terminent — les portes se sont ouvertes avec une certaine hésitation, et nous sommes descendus de l’avion (pressés, j’avoue). Mais quelle est la précipitation ?nous avons commencé à se familiariser avec lui. Je me suis déversé tout de suite, je suis tombé sur mes pieds et j’ai embrassé, crié, la saleté — et si j’exagère cette dernière, vous savez, après tant d’heures assises en position, vous avez souvent recours au pouvoir de l’imagination.

Je marchais maintenant sur le sol chinois !

*****4 Depuis les immenses fenêtres de l’aéroport, le ciel de Pékin semblait terne et jaune. Mais il n’était pas nuageux, et ce n’était pas une couleur locale. J’avais entendu parler de la pollution atmosphérique dans les grandes villes chinoises — maintenantJ’étais en face et je vivais.

*****5 *****6 La suite a été assurée pour le contrôle des passeports et des bagages. Les Chinois ne plaisantent pas sur les chèques, ce que j’allais voir tout au long du voyage. J’allais également voir que l’attente dans la file d’attente est devenue un art suprême en Chine, ce que nous, les Grecs, avons beaucoup à apprendre. L’avion stationné n’était qu’un début. Vous n’êtes pas d’accord, mon ami, que vous deviez attendre 15 à 20 minutes dans une file d’attente d’une banque grecque ou dans le bureau de poste ? Allez en Chine et obtenezcours d’attente de file d’attente !

La foule à l’aéroport était sans précédent. Les verrues humaines, les queues débordantes, aussi longtemps que les mille-pattes — et l’aéroport est vaste, abondant, complexe, capable de faire voler ses mitos à Thésée avec indignation. Bienvenue dans le pays le plus peuplé du monde ! Voici une carte qui prouve la vérité. La population chinoise (en rouge vif) correspond aux combinaisons de couleurs que vous voyez. Il est donc équivalent à l’ensemble de la population du Nord et du Sud.L’Amérique, l’Australie et l’Europe de l’Ouest — réunis !

*****7 Tom Robbins a chuchoté dans mon sac : « Hé, mon pote, je suis là aussi, n’oublie pas. » Eh bien, voici un bon moyen de profiter du temps d’attente sans fin dans la file d’attente, que je n’avais pas essayé jusqu’à présent. J’ai continué, debout, à lire le livre, en ajoutant du sens à une journée qui ressemblait à une pause publicitaire au milieu d’un film très intéressant.

Les Cowgirls étaient les seuls romans de Robbins que je n’ai pas eu.lu à ce jour. Il est temps, car le livre est à son meilleur. Étant sa deuxième œuvre chronologique, je dirais que c’est le livre dans lequel il trouve sa voix entièrement et scelle parfaitement son style distinctif.

« L’espace et le temps sont tombés sur elle comme deux volumes d’encyclopédie tombant de l’étagère d’un missionnaire sur un pygmée. Et le temps apporté avec sa secrétaire — la mémoire — et l’espace ont apporté à son petit bâtard — la solitude. »

Je vous bénis, Tom, d’avoir enrichi votre misérable premier jour.de mon voyage — Bravo à moi d’avoir pensé à vous emmener avec moi ! Je reviendrai avec un hommage riche à l’avenir, alors soyez assuré. Ce n’est pas tous les jours que l’Amérique produit des écrivains comme vous.

Après avoir été débarrassé des contrôles et des files d’attente, mais en attendant le prochain vol (parce que Pékin n’était pas la destination d’origine de notre voyage), j’ai commencé pour la première fois à observer les Chinois à l’aéroport, à la recherche de stimuli intéressants pour la pensée et la réflexion — celui de la photo suivante.

*****8 *****9 D’ accord, la Chinoise vêtue de rouge sur la photo n’était qu’une partie d’une affiche illuminée — mais, vous conviendrez, ce fut un changement agréable après la misérable nuit de l’avion, les contrôles interminables et la longue attente dans les files d’attente !

Au fait, le rouge est la couleur des Chinois. La couleur de la joie et de la chance pour eux, rappelant à l’esprit des images avec de riches broderies rouges, au milieu de demeures exubérantes. Le rouge dans la langue internationale, après tout, signifie passion, signifie sang —et cela signifie révolution. Dans la peinture, parmi les trois couleurs de base (rouge, jaune, bleu), le rouge est la plus forte : celle qui pénètre le plus dans l’œil, celle que vous utilisez pour capturer les éléments les plus centraux de la composition.

Certaines filles chinoises se tenaient autour de l’écran d’une tablette. Qui sait ce qu’ils regardaient avec un tel dévouement. Il n’a pas pris beaucoup de temps pour constater que la grande majorité des Chinois sont littéralement cloués sur leurs écrans mobiles. Les éléments suivantsla photo est indicative.

*****10 *****11 Si la Chine est venue guider le marché mondial moderne et si la téléphonie mobile est l’un des principaux axes économiques des géants des affaires de notre époque, c’est une conséquence directe que les Chinois entretiennent une relation étroite avec son mobile — ils sont, littéralement, inséparables. J’ai eu le sentiment qu’en Grèce, nous sommes allés trop loin avec les téléphones portables, en observant le monde dans l’électricité et dans le métro — mais ce n’est rien comparé à ce que j’ai vu en Chine. Au cours des prochains jours, vousJe le confirmais encore plus.

Il est temps, lors d’une journée qui semblait être une marche sans fin, de partir sur le prochain vol vers Xi’an, le premier arrêt officiel du voyage. Entre-temps, une autre affiche géante a attiré mon attention. Remarquez la tenue rouge des Chinois. Regardez ses tresses de cochon. Et vous souhaitez, avec moi, cette glace à la fusée.

*****12 Il faisait nuit lorsque nous sommes arrivés sur le dernier vol de la journée à Xi’an. misérable, après avoir passé 24 heures sur la route sans dormir, nous nous sommes dirigés avec un petitautocar (un changement de transport a été accueilli, après tant d’avions) jusqu’à l’hôtel. Il s’appelait l’Hôtel de la Tour de la Cloche, et juste en face de l’entrée était dominé par la première attraction du voyage, qui a donné son nom à l’hôtel.

Après une journée aussi longue, une journée de files d’attente, de contrôles, de mouvements et d’attente, la Tour de la cloche semblait être une vision. Comme si je m’étais finalement endormi, après tant de tentatives infructueuses de la position inconfortable de l’avion — maintenantJe rêvais…

*****13 Jours 2 et 3. Xi’an

Les difficultés des voyages en groupe

Bienvenue, voyageur étrange, à Xi’an historique et imposant ! La plus ancienne des quatre grandes capitales anciennes de Chine, capitale des onze dynasties, berceau de la civilisation chinoise, Xi’an s’appelait autrefois Chang An, signifiant « La Ville éternelle ». Son nom actuel est traduit par « Western Peace ».

Après tout, c’est l’arrêt le plus à l’est de la Route de la Soie. Le voyage commence officiellement !

*****14 Scène de Xi’an, début du XXe siècle

Apprendre à connaître le premier de nos guides — son nom m’échappe. C’était un Chinois souriant avec une bonne connaissance de l’anglais (ce que j’ai vite trouvé être la rare exception et non la règle en Chine) et un haut niveau d’éducation — mais tout comme vous alliez l’aimer, il semblait soulever un petit (grand) mur entre vous, maintenant une attitude typique, vous rappelant que « c’est où je suis venu faire mon travail. »

En ce qui concerne mes compagnons de voyage grecs,les premières impressions étaient plutôt négatives. Ils m’ont donné froideur et détachement, tandis que le comportement de certains m’a semblé arrogant et arrogant. C’était comme l’attitude des gens qui mesurent tout avec de l’argent et leur capacité à le collecter et à le dépenser. Voyager pour cette partie des voyageurs constitue avant tout un investissement financier, dont le bilan final doit prévaloir sur les pertes. Hélas, alors, si quelque chose ne va pas. Les gémissement et les exigences de certains m’ont fait réfléchir.que ce sont des gens qui ont des créneaux trop soyeux pour faire des voyages comme celui-ci, même si c’est ce qu’on appelle le voyage de la Route de la soie…

Qu’en est-il de cet esprit d’aventure et de quête primordial et de voyage ? Ce produit a été converti en un produit de consommation souvenir, que vous achetez à une offre d’aubaine dans une boutique provinciale. Enfin, combien de personnes voyagent aujourd’hui, et combien pour savoir, combien chercher ? … Hélas. Il y a des foules de personnes qui voyagent pour l’expérience de la connaissance,le plaisir de l’exploration, mais ils n’ont pas les moyens de le faire. Et ceux qui l’ont… ont perdu depuis longtemps l’esprit de recherche, ainsi que leur imagination.

Les premières impressions, cependant, sont toujours générales et vagues, souvent imprégnées par vos opinions et vos réserves personnelles. La marche avait pour but de confirmer mes réserves à l’égard de certaines personnes du groupe et de les nier au sujet d’autres. Heureusement, parmi eux, il y avait de belles personnes, qui n’avaient pas oublié ce que signifiait être membre d’unet ils n’avaient pas oublié la voix de l’enfant en eux.

Voyager en groupe, accompagné d’un guide, implique toujours une certaine restriction de la liberté de mouvement. Je me sentais souvent comme un chat forcé de suivre son maître — un chat forcé de jouer un chien dans une représentation théâtrale. Ce n’est pas une fois et deux fois que j’ai dû abandonner prématurément la contemplation de l’environnement et la joie d’explorer afin de suivre le groupe jusqu’à sa prochaine destination, et de ne pas m’y perdreLe monde chinois.

D’autre part, je ne peux imaginer l’achèvement de ce voyage particulier dans ce vaste pays et l’alternance de toutes ces stations, sans plan organisé et sans la présence d’un groupe d’autres voyageurs. Je devais m’adapter au rythme de l’équipe, sinon j’alourdissais tout le monde. Le plus gros problème, dans les deux premiers jours, je pense, a été causé par le guide lui-même, qui a presque formellement exigé que nous le suivions rapidement d’un endroit à l’autre, laissant peu de place à la liberté.mouvements. En quittant Xi’an et en changeant de guide touristique, le problème s’est largement atténué.

*****15 La couleur du ciel et la couleur de la terre

Au cœur d’un État chinois moderne, alors. Xi’an avait l’air sympathique en vue, avec de nombreuses rues verdoyantes et bien organisées et une coexistence harmonieuse entre vieux et modernes. On pourrait penser que c’était une ville magnifique, à deux exceptions importantes.

Ici et là, au milieu d’un paysage urbain agréable, de colossaux immeubles nouvellement construits semblaient être tombés.verticalement du ciel — comme si un bébé divin là-haut chevauchant ses cubes dans le sol et construisant des châteaux. Il y avait des boîtes d’allumettes imposantes et énormes avec des milliers de petites échappatoires, prêtes à abriter la population chinoise toujours croissante qui coule continuellement des villages vers les villes.

*****16 La migration interne s’inscrit dans un plan plus large visant à rétablir l’économie des grands centres urbains afin de devenir plus compétitive par rapport aux grandes villes à l’étranger — les villescomme Séoul ou Tokyo. Pensez donc à vivre dans un immeuble d’appartements avec des milliers de résidents supplémentaires. Et nous protestons contre le fait que nous sommes arrivés pour ne pas connaître notre voisin dans un immeuble avec quelques appartements.

Voici la statue d’une femme qui verse de l’eau d’un pichet. Il se penche — on dirait qu’il est plié par le poids des bâtiments…

*****17 La deuxième exception était la météo. Le premier arrêt à Xi’an est le musée d’histoire du Shaanxi, et une recherche d’ombres désespérée dans l’intérieur semi-éclairé du musée. Le climat extérieur étaitintolérable. La chaleur collante est drainée d’humidité, un temps capable de vous épuiser en quelques minutes et de drainer toute l’énergie supplémentaire que vous avez acquise grâce au sommeil et au repas copieux du matin. Le ciel était cette couleur rouge jaune terne que j’avais vue à Pékin. Il n’était pas aussi nuageux que les vents venant de vagues provenant des déserts, brûlé par des doses abondantes de pollution atmosphérique. Dans toutes les stations de la route de la soie, Xi’an était celle qui a le climat le plus intolérable.

*****18 De nombreux Chinois se promenaient avec des parapluies afin de se protéger du soleil. Mais les raisons n’étaient pas seulement pratiques, mais aussi esthétiques. Les amateurs chinois n’aiment pas le bronzage : la peau pâle est plus étroitement identifiée à leurs motifs esthétiques perdus au plus profond des siècles. La description de l’impératrice Zhao Feiyan est caractéristique, dans un texte publié en 1792, qui se distinguait par sa « taille fine et sa peau blanche comme neige ». Des descriptions similaires se retrouvent dans divers textes chinois, mais aussi dans les arts visuels.illustrations.

Dans le tableau suivant, nous voyons Yang Guifei, maîtresse de l’empereur Xuanzong de la dynastie Tang, connue comme l’une des quatre plus belles femmes de la Chine ancienne. Ce n’est pas accidentel, après tout, l’existence de centaines de produits de beauté modernes visant à blanchir le visage.

*****19 En Occident, les modèles de beauté sont constamment sujets à un processus de changement, mais en Chine, les traditions s’enracinent beaucoup plus profondément et semblent avoir été préservées indemne depuis l’antiquité et la classe primordiale.discrimination — lorsque des êtres éthérés peints en blanc se sont livrés à des danses exotiques dans les théâtres palatins, tandis que des verrues de paysans bronzés se battent sur la terre sous le soleil chinois nu.

La peau blanche et pâle dans les traditions collectives de peuples comme les Chinois fait référence au confort, à la richesse et à la prospérité. C’est la couleur de l’école. Le bronzage, quant à lui, fait référence au travail quotidien sous le soleil, à la lutte nue contre la saleté et la boue, pour que la graine pousse, la plante fleurit — ettransformé en article de luxe pour les représentants de la classe supérieure. Plus que n’importe quelle autre teinte, la peau foncée rappelle les racines, et les racines sont sous vos pieds, et non plus haut dans le ciel.

La terre qui vous nourrit, la terre qui vous effraie.

*****20 Lorsque les conquérants indiens, les Aryens ont créé le système de castes pour la première fois, au deuxième millénaire avant JC, ils ont forcé à réduire en esclavage les Indiens indigènes sombres, qui ont repris la culture de la terre et sont devenus, depuis, la hiérarchie inférieure.Château de Sundra. La couleur foncée — la couleur du sol et de la boue — reflète l’engagement envers la terre et l’esclavage. Nous pouvons penser à de nombreux autres exemples historiques, allant jusqu’à l’esclavage occidental des populations africaines et à la force de leur travail sur les plantations.

Mais pensez, sans la terre, la terre et la boue, là où vous seriez en ce moment. Lorsque des millions de Chinois au cours des siècles ont été recrutés conjointement pour cultiver la terre, les dynasties chinoises ont été construites pierre par pierre. Quand Mao Tse-Tungrecruté les foules dans la cause commune de la terre et au nom des théories idéalistes, il savait bien que chaque empire construit sa base sur le sol et le sang. Chaque palais a ses fondations sur terre et sur ceux qui y travaillent.

À cet égard, la couleur foncée pourrait être identifiée non pas à l’huile, mais à la force. Il ne reste plus qu’aux détenteurs de ce pouvoir de comprendre sa source… et de se rappeler qu’Uranus lui-même est tombé amoureux de la Terre et l’a rejointe, finissant par succomber à la magie primordiale.elle.

*****21 La Chine à travers les siècles

Le jour où nous avons visité le musée d’histoire du Shaanxi a coïncidé avec la période des vacances d’été des étudiants, au cours de laquelle des visites massives de musées et de sites historiques sont organisées. Des millions d’élèves, sans un soupçon d’exagération, se déversent comme de minuscules papillons, clignotent leurs ailes ici et là, et vous restez une fois de plus bête face au volume de population de ce pays.

L’entrée du musée a immédiatement attiré mon attention sur la statue d’unimposant B, qui n’est autre que le lion de garde que nous rencontrons dans de nombreux endroits chinois et asiatiques (des monuments aux restaurants), connu en anglais sous le nom de « Fu Lion » ou « Fu Dog ». Les lions de garde sont représentés par paires, une femelle et un mâle, représentant les deux forces primordiales de l’univers : le Yin et le Yang. Et alors que le lion mâle tient une balle sur son pied droit, symbolisant le monde matériel, la femelle tient un petit lionceau qui symbolise le monde de l’âme.

*****22 Deux minutes je me suis levé pour observer le garde zoomormal… il semble qu’il m’ait exercé une sorte de magie, alors que je tournais les yeux et que j’ai réalisé que le groupe avec le guide avait pris des ailes ! Les gens sont entrés et sortis du musée par centaines, mais mes voyageurs grecs avaient disparu. J’ai regardé autour de moi pour les trouver, en vain. Ils ont été englouis par le tourbillon de l’inondation mondiale. Ou peut-être que j’ai été avalé par la garde du lion…

Dès le premier jour de la tournée, j’ai senti que c’étaitpour se perdre en Chine. Et j’étais ici dans un musée. Pensez à la même chose qui m’arrive dans l’un des déserts qui suivent ! C’est avec une déception condescendante à l’époque que j’ai dû suivre le groupe comme une queue et ne pas les laisser sortir de ma vue pendant deux minutes. Ce n’était pas ce que je préférais, mais pour le moment je n’avais pas le choix. Il y avait un guide touristique, un bus à l’extérieur nous attendait, il y avait certains endroits que nous devions visiter. Heureusement, il y avait des jours où le programme était plus souple et j’avais tout le temps deJe me promène seul.

À un moment donné, et avec l’aide d’un employé du musée, je les ai suivis — maintenant je pouvais plonger dans les sanctuaires de l’histoire chinoise, ainsi que la foule de Chinois qui avaient inondé le musée…

Je dois dire quelques mots ici sur la succession des dynasties chinoises. Après tout, nous sommes dans un musée.

*****23 *****24 L’une des principales caractéristiques de l’histoire de la Chine est son sentiment d’isolement. Malgré l’existence de routes commerciales vers l’Ouest, la configuration géologique du paysage chinois, avecde vastes montagnes et des déserts inhospitaliers d’une part, les jungles et les mers du sud-est de l’autre ont contribué à la formation d’une civilisation fermée et introvertie. La proximité n’était pas absolue (les produits et les idées ont toujours trouvé la voie, et ils ont sculpté l’édifice chinois — seulement pour mentionner le cas du bouddhisme et, plus tard, de l’islam), mais comparé aux cultures de l’Inde et de la Mésopotamie, les Chinois se sont développés dans des contextes plus introvertis. C’est là une des principales raisons.pour lequel l’histoire chinoise se concentre principalement sur elle-même, et non sur les autres grandes cultures de l’Ouest et du Moyen-Orient. Cela explique également la spécificité de la culture chinoise, et peut-être un élément de son caractère, qu’elle conserve encore aujourd’hui.

Perdue dans le brouillard primordial du passé, quelque part entre mythe et réalité, la dynastie de Xia, la première des grandes dynasties chinoises, apparaît comme une vision théomorique d’un dragon, la première des grandes dynasties chinoises — à l’époque où le Minoen était en CrèteCivilisation. Vient ensuite la première des dynasties pour lesquelles nous avons des découvertes historiques : la dynastie Sang. Les découvertes archéologiques de l’époque (entre 1200 et 1050 av. J.-C.) révèlent les premières formes d’écriture chinoise. Les dynasties Chow orientales et occidentales de longue durée, dont la période correspond aux siècles de développement de la civilisation grecque classique et des années hellénistiques. À cette époque, le traitement du bronze a atteint son apogée, ce qui nous a donné des œuvres telles quetrépied de photographie en bronze.

*****25 L’ère connue sous le nom de royaumes de la période de guerre, outre son histoire militaire turbulente, se caractérise par la création des plus importantes écoles philosophiques de pensée chinoises. Confucius, Megio, Mo Chi, Lao Tse et Taoïsme, les légalistes de Sang Young… eux et beaucoup d’autres sont apparus au milieu de cette période troublée, alors que des atteignants éclairés tentant d’apprivoiser avec leur esprit son taureau ragéguerre. Plus que la succession complexe entre dirigeants et seigneurs de guerre, la pensée de ces personnes constitue l’héritage le plus important de la Chine ancienne.

Le symbole du dragon

Il suit la durée la plus courte, mais immense en importance de la dynastie Qin. C’est le premier des dynasties chinoises à unifier les royaumes chinois très divisés sous l’ombre autoritaire d’un célèbre empereur, Qin Si Hwang, le « fils du ciel » comme ils se nommaient lui-même. C’est lui qui a jeté les bases de la Grande Murailleet, comme on le dit, ont mis en jeu un certain nombre de livres (deux millénaires avant les nazis) de la pensée confucienne, ainsi que leurs représentants, ont cependant interrogé ces derniers. Après tout, avec le feu des livres, il a prouvé pour la première fois que le plus grand ennemi de toute autorité est sa libre pensée et sa diffusion.

Qin Si Hwang, de la dynastie Qin, est aussi celui qui a plongé son empire désormais unifié dans la piscine — puis a émergé sous le nom de sa dynastie — Chine, Chine.

*****26 Àet un dragon chinois en bronze, datant de cette période.

Alors, qui est le vrai roi primordial de Chine ? Chin Si Huang, le premier empereur endurci ? Le dragon serpent qui vole, secouant son corps écailleux ? Ou est-ce le visage rassurant d’un Confucius ou d’un Lao Tse ?

Et si le visage de tout cela — effrayant ou paisible — n’est rien d’autre qu’un masque ? Et si derrière le masque se révèle des questions béantes, effrayantes, mystérieuses, merveilleuses, sans réponse, sans réponse… le vide ?Mais que se passe-t-il si ce n’est pas le vide, comme nous le pensons, mais le vent, l’élément primordial du ciel, sur lequel les dragons tissent leurs mélodies ?

« Le Dragon est l’autre super mitaine chinois. Partout ici, où que vous regardiez, vous voyez sur des drapeaux, des portes, des broderies, des peintures, des billes et du bois, ce superbe monstre fantastique : un demi-crocodile, un demi-serpent avec des pattes de plantain crochetées. Le Dragon n’a pas d’ailes, mais il peut voler dans les nuages, c’est pourquoi il symbolise tout haut : la montagne, le grand arbre,Empereur. Le Dragon est le symbole du pouvoir ; tous les grands phénomènes naturels sont ses propres œuvres : incendies, inondations, foudres, tremblements de terre. Quand le Dragon est en colère, il secoue la queue, et la terre bouge : ou elle est versée dans la lune et dans le soleil, il ouvre la bouche et les avale. Et puis, quand la terre commence à s’obscurcir, les Chinois tremblent ; ils frappent des gogs et des tumbanas, tirent des roquettes pour effrayer le Dragon et le forcent à remplir le soleil et la lune.

Une fois, pour adoucir le Dragon, ils n’ont plus recours à la violence,plutôt que de prier et de mendier. Lorsque la rivière déborde ou lorsque les champs sont brûlés par l’anhydrie, les sorciers courent et trouvent une vipère, ou un lézard, prêchent qu’il s’agit du Dragon, le posent sur un oreiller en velours, frappent une ronde de gog et de tumbanas et tombent et adorent. Le Dragon est partout, sur la terre, au ciel, dans l’eau ; il est même dans les maisons, où il est trôné comme une femme de ménage. C’est pourquoi les Chinois construisent les toits, de sorte que le Dragon puisse être enroulé autour du toit.confortablement »

*****27 La dynastie Han, qui suit celle du Qin et atteignant 220 après JC, est considérée comme la première des dynasties dorées de la Chine. C’est, après tout, qui a donné son nom au groupe ethnique chinois dominant aujourd’hui : la Chine moderne est un État multinational, mais le Hans représente plus de 90 % de sa population. Avec les dynasties médiévales Tang et Song, elles constituent le summum de la civilisation chinoise. Au cours de ces siècles, la civilisation chinoise a fait des miracles — eta nourri les rêves des explorateurs et commerçants européens. La majorité des œuvres et des monuments que nous étions censés voir pendant le voyage proviennent de cette période chinoise dorée.

Autres scènes intéressantes du musée : La peinture avec des statues de femmes présentant la variété et le style des coiffures chinoises.

*****28

Les statues avec des divinités protectrices de l’époque de la dynastie Tang. *****29 *****30 Et la statue de Bouddha, le premier de nombreux Bouddha que nous devions rencontrer.pendant le voyage. « Bienvenue à lui », me semble-t-il dire.

Bienvenue à toi, mec.

*****31 La ville du peuple

Le titre de cette section peut sembler être un oxymoron. Quelle ville n’est pas « du peuple », après tout. Les gens les construisent, les fonctions humaines servent — n’est-ce pas ?

Pourtant, toutes les villes ne remplissent pas des fonctions humaines. Chaque ville qui offre des heures et des performances, des salaires et des profits, des affaires et de l’expansion, la concurrence et la survie, les produits de consommationet des papiers comptables — au-dessus des vivants qui la composent… cette ville n’est pas vraiment une « ville de gens », si on y pense. Ville des chiffres, peut-être, ville commerçante, probablement. Une ville dont les habitants, perdus dans l’aliénation de leurs petits écrans, peinent à gravir une branche plus haut dans le grand arbre de fer de la compétition. Jungle Town, avec des habitants qui ressemblent davantage à des singes qu’à des humains.

Certaines villes sont plus humaines que d’autres. Ce sont ceux quiVous marchez parmi des étrangers, mais vous ne vous sentez pas comme un étranger. Ceux dont les habitants ne traitent pas les sourires comme de l’argent, réticents à le dépenser pour s’enfuir avec un portefeuille vide. Ceux où les gens communiquent — pas nécessairement avec des mots — et où leur communication brise le mur du contact banal et des mots préfabriqués. La ville des gens, telle que je l’imagine, est une ville qui dégage de l’authenticité — pas l’attribution de soi-disant, de la misère du stéréotype, du stress de la performance, de la puanteur de sa solitude.foules.

Après avoir quitté le musée d’histoire du Shaanxi, j’ai eu pour la première fois l’occasion de me promener à Xi’an. Le guide nous a informés que, dans l’heure et demie que nous avions disponible, nous pouvions nous diriger vers Starbucks ou KFC, que nous voyons sur la photo être inondé de Chinois. Le guide a pensé, semble-t-il, qu’étant des « occidentaux », nous aimerions avoir un morceau de la célèbre chaîne occidentale. Vous êtes un grand succès, guide touristique. Nous sommes venus tout ce chemin pour venir en Chine, juste pour voir quelque chose de différent,Et on finit par boire du café emballé Starbucks ? Il manque la cerise aigre, mon ami.

Je voulais voir des gens — et emporter mes bagages non pas des chaînes transnationales, des boîtes en carton, mais la couleur locale de la ville. J’ai pensé que ce serait le bon moment de se promener seul. J’ai donc suivi une belle rue piétonne bordée d’arbres, au fond de laquelle se distinguaient de beaux temples et pagodes. J’ai regardé les Chinois qui marchaient dans les familles et les groupes et j’ai apprécié à son tour les curiosités, les statues, l’ombre.d’un arbre, le calme de midi.

*****32 *****33 *****34 *****35 J’ai alors été arrêté par un jeune Chinois, un adolescent joufflu. Il m’a montré son portable et m’a dit quelque chose dans sa langue. Je ne comprends pas — il veut que je prenne sa photo ? J’ai hoché la tête… pour prendre une photo de toi. Et puis, étonnamment, je l’ai vu debout à côté de moi, souriant et soulevant son téléphone portable vers nous — il voulait sortir avec un selfie ! Cliquez sur ! Eh bien, non seulement la Chine me donne des souvenirs, mais je donne aussi aux Chinois. Il m’a fait signe et est parti. Il ne m’avait pas eu.ça se reproduit — les gens me demandent de prendre une photo avec moi.

Et ce n’était que le début… Je n’imaginais même pas combien d’impressions j’avais faites sur les Chinois et combien de fois cela se répéterait pendant le voyage. Mais à ce moment-là, pour la première fois, je ne me sentais pas étranger, mais un invité. Et j’ai réalisé ce qu’est une grande hospitalité vertueuse et quelle est une énorme perte de son absence. Et j’ai commencé à m’inquiéter des villes, des résidents, des contacts. Et ici, nous revenons au début de l’unité… mais nous reviendrons à nouveau.Nous avons beaucoup de choses à parler à ce sujet.

En attendant, je remets une série de photos. Entre autres choses, on voit une Chinoise poser devant la statue de Lady Gongsun, enseignante de la danse de la dynastie Tang… L’intérieur d’un supermarché (voir les beaux emballages en papier)… l’entrée d’un temple bouddhiste et la statue de Bouddha à l’intérieur… statue du moine Xuanzang, dont les voyages au VIIe siècle après JC ont relié le bouddhisme entre l’Inde et la Chine… et l’imposante pagode deWild Goose qui domine derrière elle, au loin.

*****36 *****37 *****38

Et un détail : un cerf-volant, probablement échappé à un enfant, volant ludiquement à côté de la pagode. Une pagode construite en 652, sous la dynastie Tang, une époque où l’Europe occidentale a agité parmi les tribus barbares, un siècle avant Charlemagne. Et face au cerf-volant, connu de tous, Blanche-Neige, tel que porté sur les écrans en 1937 par Walt Disney…

*****39 *****40 Feng Shui

En fin de midi le 2ème journous avons visité la grande Mosaïque de Xi’an. La raison d’un rare joyau architectural, un temple musulman destiné à la minorité musulmane de la ville, mais dont l’architecture ne porte rien d’islamique, est parfaitement en harmonie avec le style chinois. Il s’agit essentiellement d’un temple musulman camouflage.

*****41 *****42 *****43 Attention, en disant « minorité musulmane », n’oublions pas que nous parlons de Chine. La minorité musulmane de la ville de Xi’an compte donc 20 000 habitants. EnEn poursuivant le voyage, en nous dirigeant vers l’ouest, nous allions visiter de nombreux autres endroits, où les musulmans ne sont plus devenus une minorité, mais la majorité des habitants. Une majorité très spéciale en effet. C’est tout dans les suites de l’hommage.

Pour le moment, cependant, nous sommes dans des terres qui dégagent une odeur d’Extrême-Orient. Et nulle part ailleurs ce parfum n’était ressenti (parfum de lotus dans les nénuphars flottants), que dans l’impressionnante Huaqing Sources, construite en 723, siège des bains du palais derois de la dynastie Tang. Là où ils ont pris leur bain, autrement dit.

Et comme vous pouvez le constater sur les photos, ils s’amusaient probablement.

*****44 *****45 *****46 Dans l’architecture chinoise classique (dont les Japonais ont tant puisé) rien n’est accidentel. Les bâtiments, les colonnes, les arbres, les lacs, les nénuphars, les poissons, les rochers, les plantes — tous s’harmonisent les uns avec les autres, chaque élément se complète comme un grand puzzle dans lequel chaque pièce compte. L’élément humain n’essaie pas de l’emporter surnature — ici, vous ne trouverez pas de bâtiments arrogants qui s’élèvent immenses dans les cieux, ni de palais qui louent la gloire d’un dieu céleste lointain et irrecevable — ou d’un roi terrestre. Ici, le dieu primaire est le monde naturel, la forme première est le cercle dans lequel il n’y a pas de plus haut et de bas niveau, seulement la succession et la transformation continue de tout.

Chaque pierre, chaque nénuphars, chaque feuillage d’arbres semblent prendre la même signification que les colonnes, les toits, les temples. Ils semblent couler, l’un dans l’autre,réalisé avec le naturel, comme une peinture dans laquelle les matériaux étaient à la fois naturels et techniques. Est-ce une coïncidence si la couleur nationale de la Chine — le rouge, la couleur des temples — est la couleur complémentaire du vert de la nature ?

L’observation du paysage ne distingue pas le temple aux dépens du lac, des arbres au détriment des ponts ou des montagnes Chin au détriment des sculptures. Rien ne dégrade la valeur l’un de l’autre. Vous pouvez également être impressionné par le riche temple et le pin sculpté, absorbez votre attention également.le lac des nénuphars et la statue de Yang Guifei à moitié nue, la maîtresse de l’empereur, connue comme l’une des quatre plus belles femmes de la Chine antique — oui, la même dame dont nous avons parlé auparavant en faisant référence aux motifs esthétiques chinois et à la peau blanche.

*****47 *****48 *****49 Tout — temple, femmes, dragons, lac, nénuphars, poissons, arbres, oiseaux, montagnes perdues à l’horizon — se fonde en une danse éternelle. Et pendant un moment, vous pensez que vous aimeriez apprendre les premiers pas, au moins,…

Voulant peut-être confirmer cesles pensées, juste à l’extérieur des jardins, dominaient la statue d’un danseur (est-ce encore Yang Guifei ?) , accompagnée de ses musiciens, toutes femmes. À leurs côtés, un seigneur (l’empereur ?) Il les observe extatiques. Elle semble danser la danse perpétuelle, laissée au rythme de la musique féminine… parce que la musique, chaque musique, est toujours féminine. Même si son créateur est un homme, la musique — la nature de la musique — est féminine.

Quelle est la différence entre ces statues et les hommes armés ?des monarques militaires et guerriers, auxquels nous sommes tellement habitués. Ou par rapport à l’humilité pure, les statues ascétiques de la religion chrétienne. Au cœur d’une religion, le sacrifice et la douleur sont au cœur d’une autre religion ; la danse et la transformation sont au cœur d’une autre. Au-delà de la vie, les gens vous disent. LIFE, ils répondent.

*****50 Les lumières de la ville

« City Lights » est le film le plus poétique de Charlie Chaplin, un film qui devait faire une agréable surprise vers la fin du voyage… Mais nous en sommes encore au début. Et les lumièresJe ne parle que des signes lumineux impressionnants du marché musulman de Xi’an, du jour au lendemain…

Si Xi’an Mosaic, avec ses beaux jardins, ses rochers sculptés et l’architecture harmonieuse du temple, respire la paix et la tranquillité, le grand marché musulman de la ville était tout le contraire : un flot de personnes, de spectacles, de sons et d’odeurs.

Les foules se sont entassées dans le détroit ; des étals colorés ont renversé de la nourriture et des marchandises ; les vendeurs crient la marchandise ; chariots criant au monde pour s’éloigner ; jeunes qui attendent dans les files d’attente, devant des étals remplis de spécialités chinoises ; tartes assaisonnées, pailles de fer à l’agneau, fruits de mer et viande d’origine inconnue, plats cuits à la vapeur avec nouilles chinoises, filets hachés, légumes bouillis, herbes étranges ; sauces, soupes, bouillons ; fruits, colorés, fruits – pastèques, melons, pêches, abricots, grenades, mais aussi des fruits inconnus de nous.

*****51 *****52 *****53 ****54 Les odeurs étaient toutes ensemble, la viande, les légumes,les bouillis, les rôtis. Des odeurs lourdes, des odeurs que nous ne connaissons pas, capables de vous rendre malade. Ils étaient en train de déconner l’humidité, la sueur. Ils se sont mêlés aux voix de la foule, aux marchands qui ont vendu, aux verrues des visiteurs affamés.

Si la civilisation humaine pouvait être résumée par des images primitives, des sensations élémentaires qui décriraient à un visiteur extérieur de quoi il s’agissait, ce serait certainement les scènes du marché animé et coloré de Xi’an. C’est l’homme deJe pensais : l’animal de la foule, l’animal affamé, l’animal qui mange, l’animal qui se négocie au milieu du rendement et l’odeur de l’animal cuit au four, un animal qui a été abattu et qui est devenu un produit destiné à la consommation, au milieu des fruits et légumes produits par la terre cultivée. C’est l’homme dans son état primaire, à la base de la pyramide. Et puis, après avoir réprimé sa faim, avoir répondu à ses besoins élémentaires et animalistes, viennent les activités émotionnelles, spirituelles et artistiques. Premier animal —après le reste.

*****55 *****56 *****57 *****58 Trois fois, j’ai visité le marché musulman de Xi’an en deux jours. Deux des trois visites ont eu lieu le soir, lorsque j’étais seule — sans compagnons étranges et sans guides impatients — et c’est l’un des moments les plus mémorables du voyage. Voici donc la Chine que je voulais voir, je me disais, voici les stimuli que je recherchais. Libre, j’ai erré au milieu de la foule, absorbant comme une éponge des images, des couleurs, des sons — hélas, etsent.

J’ai également fait mes premiers achats — des souvenirs pour des amis, des fans, des bracelets, des peignes, des décorations pour la maison. Personne ne parlait anglais — la communication s’est faite entièrement par gestes — et la calculatrice ou le téléphone portable sur lequel les vendeurs chinois ont écrit le prix du produit.

*****59 *****60 ****61 *****62 *****63 J’ai vu de la saleté ici et là. De grandes poubelles se tenaient en gardes au milieu de la route, qui changent de quarts de travail à intervalles réguliers. C’est s’il y a une volonté et un droit.organisation, tout est possible, même si les rues de l’un des endroits les plus fréquentés du monde sont propres.

Et si pendant un certain temps, vous pouviez trouver l’espace pour vous tenir debout et observer autour de vous, vous auriez envie d’être absorbé par la mosaïque colorée des panneaux lumineux, comme un arc-en-ciel ivre coulé dans un bain à remous marin. Où le passé chinois des idéogrammes se fond avec le présent technologique dans un festin d’orgasme électrisant. J’avais l’impression d’être dans le monde Blade Runner, ou un cyberpunkLe roman de William Gibson — seuls les bâtiments technologiques futuristes manquaient, la touche japonaise qui viendrait compléter l’illusion.

Le marché ne s’intéressait pas seulement à ses couleurs, à ses foules et à ses goûts, mais aussi aux magasins qui le composaient. Dans l’un d’entre eux, les clients ont apprécié une sorte de détente en plongeant leurs pieds dans des aquariums remplis de poissons. Pensez à sortir de là et à avoir du poisson dans votre chaussette — et j’ai dit ce qui me glissait sur la jambe.

*****64 Dans d’autres endroits, la ville étaitcomplètement occidentalement — même s’il serait plus juste maintenant de dire que le monde occidental est chinois, compte tenu du nombre de produits que nous achetons sont fabriqués en Chine. Vous avez vu beaucoup de magasins d’électronique et de vêtements, de chaînes transnationales ZARA, Pizza Hut et KFC, et vous avez eu l’impression d’entrer dans une métropole européenne — ceux de la Chine « communiste » (le lecteur peut ajouter autant de citations qu’il veut).

*****65 *****66 *****67 J’ai également vu beaucoup de vélos — il y a eu des moments où tous les Chinois avaient leson vélo. Maintenant, les plus jeunes ont atteint une situation économique qui leur permet d’acheter une voiture. Les rues étaient larges et bien entretenues, mais les feux de signalisation étaient rares, pour une raison quelconque. Alors que les Chinois traversaient les rues, je pensais qu’ils n’auraient aucune difficulté à se promener dans le centre d’Athènes, avec les feux de signalisation qui passent du vert au rouge en quelques secondes. Ils y sont habitués sans…

En conclusion, je voudrais m’attarder sur une chose : malgré la foule, surtout au cœur du musulmanmarché, je n’ai pas vu de poussées, d’impatience et de précipitation. Les Chinois ont appris à se déplacer dans les foules, ce qui les a rendus patients. Cela explique leur patience titanesque dans les files d’attente des aéroports. Là où beaucoup d’entre nous étaient indignés, ils ont attendu tranquillement leur tour.

Ainsi, lentement, méthodiquement, patiemment, démêle le ver à soie chinois son fil dans le monde…

*****68 Visites Tropi

Je n’aurais pas fait ce voyage sans Tropical Tours et son leader, Nikos Markoulakis, l’organisateuret l’âme du voyage. Depuis des décennies, il a fait le tour du monde et recueille des connaissances précieuses qui ont été dénaturées en voyages hors de l’ordinaire — pour les voyageurs qui souhaitent vivre quelque chose de différent. Je le remercie de m’avoir invité avec lui dans un voyage qui, dans d’autres circonstances, aurait été difficile à faire.

Et ce n’était que le début… Je vous ai décrit une partie des trois premiers jours, un voyage de 17 jours. L’hommage écrit suivra au cours des prochains mois. Nous allons nous rendre àouest. Nous visiterons des villes telles que Lanzhou, Dunhuang, Turfan et Kashgar… Nous naviguerons sur la rivière Jaune… Nous traverserons les vastes déserts de Gobi et de Taklamakan… nous explorerons les grottes bouddhistes médiévales… nous vivrons la Chine musulmane inconnue de l’Occident. Et enfin, nous finirons au Kirghizistan, pays de montagne et de chevaux…

Et quelque part là, moi, votre narrateur, je parlerai de bien d’autres qui m’ont frappé. Pour la nourriture, les habitudes, l’histoire, le comportement, le socialconditions, politique. Pour les bonnes et les mauvaises choses que j’ai vues. Et je vais partager avec vous des pensées et des réflexions. Et — qui sait — tout cela peut provoquer un clic en nous… qui transforme les gens.

Ou du moins ce clac, ce qui signifie que nous avons passé un bon moment.

La route de la soie est encore au début… avec la bonne chose de se retrouver après notre voyage.

CONTINUE

*****69