Qui ont été les premiers habitants de l’Afrique du Nord ?

61

Les conflammes et les persécutions sont les principales causes qui ont conduit à une forte augmentation du nombre de personnes déplacées forcées en 2015, atteignant les niveaux les plus élevés jamais enregistrés et démontrant l’ampleur des souffrances humaines, selon un rapport publié aujourd’hui par le Commissaire des Nations Unies pour les réfugiés du lycée.

Selon le rapport annuel de la NSA. Global Trends, qui enregistre le nombre de personnes déplacées forcées dans le monde entier sur la base de données recueillies par les gouvernements,partenaires — y compris le Centre de surveillance de la dislocation interne, mais aussi à partir des données propres de l’Agence, 65,3 millions de personnes ont été forcées d’être déplacées à la fin de 2015, contre 59,5 millions l’année dernière. C’est la première fois que le chiffre de 60 millions est dépassé.

A lire aussi : Qu'est-ce que la cape ?

Les 65,3 millions comprennent 3,4 millions de personnes dans les pays industrialisés qui ont attendu jusqu’à la fin de 2015 leurs demandes d’asile (le plus grand nombre de a jamais enregistré le DOD), 21,3 millions de réfugiés dans le monde (1,8 million de plus qu’en 2014 et le plus grand nombre de réfugiés jamais vu depuis le début des années 1990), ainsi que 40,8 millions de réfugiés forcés de fuir leur foyer mais demeurant à l’intérieur des frontières géographiques de leur pays (le chiffre le plus élevé jamais enregistré, avec une augmentation de 2,6 millions de dollars depuis 2014).

Ces chiffres, s’ils sont comparés à la taille de la population terrestre atteignant 7 349des milliards, montrent qu’une personne sur 113 dans le monde est maintenant soit un demandeur d’asile, soit déplacée à l’intérieur du pays, soit une réfugiée, atteignant des niveaux sans précédent. Dans l’ensemble, aujourd’hui, le nombre de personnes déplacées dépasse la population du Royaume-Uni, de la France ou de l’Italie.

A lire en complément : Qu'est-ce que la Rainbow Nation ?

*****0

Le phénomène des déplacements forcés est en augmentation dans la plupart des régions du monde depuis au moins le milieu des années 1990. Mais au cours des cinq dernières années, l’augmentation a été constante. Les principales raisons sont trois : les situations à l’origine d’importants flux de réfugiés ont une durée plus longue (par exemple, les conflits en Somalie ou en Afghanistan sont maintenant dans la troisième et la quatrième décennie respectivement), tandis que de plus en plus souvent de nouveaux conflits dramatiques ont éclaté ou les conflits plus anciens sont ravivés (le plus important aujourd’hui est celui observé en Syrie, mais aussi au cours des cinq dernières années au Soudan du Sud, au Yémen, au Burundi, en Ukraine, en République centrafricaine, etc.). Enfin, la vitesse à laquelle des solutions sont trouvées pour leurréfugiés et personnes déplacées à l’intérieur du pays note une tendance à la baisse depuis la fin de la guerre froide. Jusqu’à il y a dix ans, fin 2005, six personnes ont été forcées de quitter leur domicile en moyenne, selon les données de la DSA. Aujourd’hui, nous parlons de 24 personnes par minute, soit deux fois la fréquence habituelle qu’un adulte respire.

« De plus en plus de personnes sont déplacées à cause des guerres et des persécutions, ce qui en soi est très inquiétant, mais les facteurs qui mettent en danger se multiplient.réfugiés », a déclaré le Haut Commissaire des Nations Unies pour les réfugiés Filippo Grandi. « En mer, le nombre de réfugiés et de migrants qui perdent la vie chaque année est horrifié. Sur terre, les personnes qui fuient la guerre trouvent des obstacles sur leur chemin à cause des frontières fermées. Les politiques menées par certains pays ont tendance à se faire au détriment des réfugiés. Ce qui est testé aujourd’hui, c’est la volonté des nations de coopérer non seulement dans l’intérêt des réfugiés, mais aussi dans l’intérêt de l’homme collectif. Et çaest l’esprit d’unité qui doit dominer à tous les égards. »

La moitié des réfugiés viennent de trois pays…

Parmi les pays couverts par le rapport Global Trends, beaucoup se distinguent : la Syrie avec 4,9 millions, l’Afghanistan avec 2,7 millions et la Somalie avec 1,1 million de réfugiés, sont les pays d’où proviennent plus de la moitié des réfugiés, sous l’autorité des États-Unis. Pendant ce temps, la Colombie avec 6,9 millions, la Syrie avec 6,6 millions et l’Irak (4,4 millions) sont les pays avecun nombre accru de personnes déplacées à l’intérieur du pays. Le Yémen est le pays d’origine du plus grand nombre de personnes récemment déplacées en 2015, avec 2,5 millions de personnes déplacées à l’intérieur du pays, représentant 9 % de sa population.

… et sont situés principalement dans l’hémisphère sud

En 2015, les efforts de l’Europe pour gérer plus d’un million de réfugiés et de migrants arrivés par la Méditerranée ont été au cœur de l’attention de la plupart des citoyens. Néanmoins, le rapportmontre que la grande majorité des réfugiés dans le monde se trouvaient ailleurs. Dans l’ensemble, en 2015, 86 % des réfugiés relevant du mandat du DOD se trouvaient dans des pays à revenu faible et intermédiaire, près des épidémies de conflit. Il s’agit de plus de 90 % de la population réfugiée mondiale, y compris les réfugiés palestiniens sous la responsabilité de l’organisation sœur des Nations Unies, UNWRA (Agence de secours et de travaux des Nations Unies pour les réfugiés palestiniens dans le Proche-Orient). La Turquie est une entreprise mondialele principal pays d’accueil des réfugiés, avec 2,5 millions d’habitants. Parallèlement, le Liban a accueilli plus de réfugiés que la taille de sa population que n’importe quel autre pays (183 réfugiés pour 1 000 habitants). En ce qui concerne la taille de son économie, la République démocratique du Congo a accueilli la plupart des réfugiés (471 réfugiés par habitant de dollars du PIB).

Augmentation des demandes d’asile

Dans les pays industrialisés, 2015 a également enregistré un nombre record de nouvelles demandes d’asile, atteignant deux millions (donc,le nombre de cas d’asile en instance à la fin de l’année a atteint 3,2 millions). L’Allemagne a reçu la plupart des demandes d’asile de n’importe quel autre pays (441 900), ce qui reflète largement sa volonté d’accepter les personnes qui fuient vers l’Europe à travers la Méditerranée. Les États-Unis d’Amérique ont le deuxième plus grand nombre de demandes d’asile (172 700). Beaucoup de ces personnes ont échappé à la violence des gangs en Amérique centrale. Un nombre important de demandes d’asile ont également été acceptées par leSuède (156 000) et Russie (152 500).

Près de la moitié des réfugiés dans le monde sont des enfants.

En 2015, les enfants représentaient 51 % des réfugiés dans le monde entier, selon les données que le DOD a pu collecter (toutes les données démographiques n’étaient pas disponibles pour les auteurs du rapport). L’inquiétude est que de nombreux enfants ont été séparés de leurs parents ou voyageaient seuls. Au total, 98 400 demandes d’asile ont été présentées par des enfants non accompagnés ou séparés de leur famille. C’est le plus grand nombre que le DOD ait jamais vu, et il reflète avecde façon tragique comment la vie des enfants est affectée de façon disproportionnée par le phénomène des déplacements violents.

Il est impossible de rentrer chez soi

Alors que le nombre total de personnes déplacées dans le monde est le plus élevé jamais enregistré, le nombre de personnes qui ont pu rentrer chez elles ou trouver une autre solution (intégration locale dans le premier pays à trouver refuge ou réinstallation dans un autre pays) Il était faible. En 2015, 201 400 réfugiés ont réussi à retourner dans leur pays d’origine (principalement enAfghanistan, Soudan et Somalie). Il y en a eu plus qu’en 2014 (126 800), mais beaucoup moins que les chiffres élevés enregistrés au début des années 90. Environ 107 100 réfugiés ont été acceptés pour réinstallation dans 30 pays en 2015, ce qui représente seulement 0,66 % des réfugiés sous mandat du HR (en comparaison, 26 pays ont accepté 105 200 réfugiés en réinstallation en 2014, ce qui représente 0,73 % de la population réfugiée sous l’ordre du HR). Au moins 32 000 réfugiés ont été naturalisésau cours de l’année, la majorité d’entre eux se trouvent au Canada et moins en France, en Belgique, en Autriche et ailleurs.

Dislocation en 2015, par région

(catégorisation du nombre le plus élevé au plus bas de personnes déplacées)

1. Moyen-Orient et Afrique du Nord

La guerre syrienne reste la cause dominante des déplacements et donc de nombreuses souffrances. À la fin de 2015, il avait conduit au moins 4,9 millions de personnes en exil en tant que réfugiés et déplacé 6,6 millions à l’intérieur du pays —représentant environ la moitié de la population syrienne avant la guerre. À la fin de l’année dernière, le conflit irakien avait déraciné 4,4 millions de personnes à l’intérieur du pays et créé plus de 250 000 réfugiés. La guerre civile au Yémen, qui a débuté en 2015, a provoqué le déracination de 2,5 millions à la fin du mois de décembre, soit le plus grand nombre de personnes récemment déplacées que tout autre conflit mondial. Avec les 5,2 millions de réfugiés palestiniens relevant du mandat de l’UNRWA, les près de 500 000Les Libyens qui ont été forcés de fuir leur foyer mais qui sont restés dans le pays, et ceux qui sont touchés par des crises plus petites, le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord ont connu le plus grand nombre de personnes déplacées que n’importe quelle autre région du monde.

2. Afrique subsaharienne

En 2015, le plus grand déplacement après le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord s’est produit en Afrique subsaharienne. Conflits constants au Soudan du Sud en 2015, ainsi qu’en République centrafricaine et en Somalie, ainsi que des conflits plus récents ou en coursles déportations massives à l’intérieur ou à partir de pays tels que le Nigeria, le Burundi, le Soudan, la République démocratique du Congo, le Mozambique et d’autres pays ont créé un total de 18,4 millions de réfugiés et de personnes déplacées à l’intérieur de l’année. Pendant ce temps, l’Afrique subsaharienne a accueilli environ 4,4 millions de réfugiés au total, plus que n’importe quelle autre région. Cinq des dix plus grands pays d’accueil de réfugiés au monde sont des pays africains, avec l’Éthiopie d’abord et le Kenya, l’Ouganda, la République démocratique du Congo etTchad.

3. Asie et Pacifique

En 2015, la région Asie-Pacifique représentait près d’un sixième de la population mondiale de réfugiés et de déplacés internes, ce qui la place à la troisième place dans les régions comptant le plus grand nombre de personnes déplacées forcées. Un réfugié sur six sous l’autorité du DOD vient d’Afghanistan (2,7 millions), où près de 1,2 million ont été déplacés dans le pays. Le Myanmar est le deuxième pays de la région avec le plus grand nombre de réfugiés etpersonnes déplacées à l’intérieur du pays (451 800 et 451 000, respectivement). Le Pakistan (1,5 million) et la République islamique d’Iran (979 000) restent parmi les premiers pays d’accueil de réfugiés.

4.

Amérique De plus en plus de personnes échappent à des gangs et à d’autres formes de violence en Amérique centrale, ce qui contribue à une augmentation de 17 % du nombre de personnes déplacées dans la région élargie. Les réfugiés et demandeurs d’asile d’El Salvador, du Guatemala et du Honduras ont atteint un total de 109 800, le plus grand nombre de réfugiés et de demandeurs d’asilerecours au Mexique et aux États-Unis. Il s’agit d’une augmentation quintuplée au cours des trois dernières années seulement. La Colombie, qui connaît une crise durable, reste le pays qui compte le plus grand nombre de personnes déplacées à l’intérieur du monde (6,9 millions).

5.

Europe En Europe, le phénomène des déplacements se caractérise principalement par la situation en Ukraine, la proximité de l’Europe avec la Syrie et l’Irak, ainsi que par l’arrivée par la Méditerranée de plus d’un million de réfugiés et de migrants, dont la majorité.sont originaires des dix premiers pays réfugiés du monde. Environ 593 000 réfugiés venaient de pays européens, principalement d’Ukraine. Parallèlement, la région de l’Europe a accueilli 4,4 millions de personnes, dont 2,5 en Turquie. Selon les données du gouvernement ukrainien, 1,6 million d’Ukrainiens ont été déplacés à l’intérieur du pays. Selon le rapport Global Trends, 441 900 demandes d’asile ont été reçues en Allemagne, où la population réfugiée a augmenté de 46 % par rapport à 2014 (316 000).

Plus

informations Le Global Trends Report est publié aujourd’hui, à l’occasion de la Journée mondiale des réfugiés, le 20 juin, en même temps que l’Appel pour les réfugiés #WithRefugees du HCR. Un ensemble complet de matériel audiovisuel est également disponible en même temps que l’exposition Global Trends, ainsi que des graphiques, des photos, des vidéos et d’autres documents. Vous trouverez ici le matériel ainsi que les coordonnées des porte-parole du DOD.

2015 La population du Royaume-Uni est de 64,7 millions d’habitants de la France : 64,4 kilomètres de millions. Population de l’Italie : 59,8millions. Source : Direction de la population des Nations Unies, World Population Prospects, révision 2015