Quel est le salaire minimum en 2021 ?

12

Au cours des dix derniers jours de mars, le début du processus du salaire minimum a été reporté pour la deuxième fois en raison de la crise pandémique.

Avec une disposition récente incluse dans la facture multiple du ministère de la Santé, le processus qui devait débuter fin novembre est prolongé de quatre mois .

A lire en complément : Quelles sont les ressources naturelles du Bénin ?

Selon le nouveau calendrier de processus devrait être achevé au cours des 15 derniers jours de juillet, lorsque le ministre du Travail devraita recommandé au Cabinet le nouveau salaire minimum.

En vertu de la loi, le niveau du salaire minimum et du salaire doit être déterminé « en tenant compte de la situation de l’économie grecque et de ses perspectives de croissance en termes de productivité, de prix, de compétitivité, d’emploi, de taux de chômage, de revenus et de salaires .

A lire également : Quel est le salaire moyen d'un Marocain ?

En outre, le ministre du Travail n’est pas lié par les conclusions des experts, mais il en tient compte afin de proposer à la réunion ministérielleconseil le nouveau montant de salaire.

Quel est le cas aujourd’hui ?

Aujourd’hui, le salaire minimum est fixé à 650 euros et le salaire minimum est de 29,04 EUR .

Les mesures de pandémie et d’urgence visant à limiter la propagation de la maladie à l’ensemble de la population modifient la programmation comme suit :

Les 10 derniers jours de mars débutent le processus alors que le Comité de consultation de trois membres (président de l’OME.D., représentant du ministre des Finances et représentant du ministre du Travail) envoie une invitation écrite àla recherche scientifique spécialisée et d’autres organismes, dont la Banque de Grèce, le Service national de statistique, l’Organisation pour l’emploi du travail (OAED), l’Institut du travail du G.S.E.E/ADEDY (INE−G.S.E.E.), l’Institut de recherche industrielle et économique (IOBE), l’Institut du SETE (INSETE), le Centre pour la planification et la recherche économique (KEPE), l’Organisation de médiation et d’arbitrage (OMED), l’Institut du commerce et des services de la Confédération nationale de GrèceCommerce (IN. ERM. VOIR).

Ces organismes de recherche devraient établir un rapport évaluant le salaire minimum légal applicable, avec des estimations de leur adaptation aux conditions économiques actuelles.

Les institutions doivent tenir compte, conformément à la disposition pertinente, de la clause spéciale prévue dans la loi de 2013 : « Le niveau du salaire minimum légal et du salaire légal doit être déterminé en tenant compte de la situation de l’économie grecque et des perspectivespour la croissance en termes de productivité, de prix et de compétitivité, d’emploi, de taux de chômage, de revenus et de salaires. »

Les rapports sur l’ajustement du salaire minimum devraient être soumis par les organismes scientifiques conformément au nouveau calendrier avant le 30 avril .

Le Comité de consultation forme un dossier contenant les rapports des organismes de recherche spécialisés et les facteurs permettant de différencier le salaire minimum et le salaire et l’envoie àreprésentants des partenaires sociaux, GSEE, SEV, G.S.E.V.E., ESSEE, S.E.T.E. pour exprimer leur opinion, en soumettant un mémorandum et une documentation pour l’ajustement du salaire minimum légal applicable et du salaire.

Au plus tard le 15 mai , le comité de consultation doit transmettre le mémorandum de chaque consultant aux autres représentants des partenaires sociaux, avec une invitation à une consultation orale sur tout ajustement du salaire minimum légal applicable, etsalaire.

D’ ici le 31 mai, tous les mémorandums et la documentation des personnes consultées, ainsi que le rapport des organismes scientifiques et de recherche spécialisés au Centre de planification et de recherche économique (KEPE) pour la préparation d’un plan de finalité de consultation.

Les résultats sont élaborés en coopération avec un comité composé de cinq experts indépendants en économie, en particulier l’économie du travail, la politique sociale et les relations professionnelles. Le projet de consultation sur les possibilités d’ajustement du salaire minimum légal et du salaire légal devrait inclure, en particulier, l’enregistrement systématique des propositions des partenaires sociaux consultés, de leurs points d’accord, de la documentation sur l’état de l’économie grecque ; et du marché du travail et des facteurs affectant la mise en place du salaire minimum légal proposé. L’opinion exprimée dans le projet de conclusions de la consultation peut s’écarter et/ouest différencié des rapports soumis par d’autres organismes scientifiques.

30 juin Le , le projet de conclusion de la consultation est achevé et soumis au ministre des Finances et au ministre du Travail.

Il doit ensuite être publié sur le site Web du ministère du Travail avec tous les rapports, notes de service et tout autre document pertinent.

Au cours de la deuxième quinzaine de juillet , le ministre du Travail devra proposer au Cabinet le nouveau minimumle salaire des employés et le salaire minimum des travailleurs, en tenant compte de la conduite de consultation telle qu’elle a été soumise et rédigée.

Qu’en est-il des trois années ?

Dans le même temps, la GSEE et les employeurs attendent la décision du Conseil de l’Europe sur ce qui se passera au cours des trois années. La décision déterminera si des dizaines de milliers d’employés ayant établi le droit aux prestations de service antérieur en 2012 ont toujours droit ou perdent ces prestations en enregistrant des pertes salariales allant jusqu’à 195 euros par mois. LeLes représentants des industriels qui ont apaisé le Conseil de l’Europe demandent un salaire pour tous sans trois ans et gelé depuis 2012 et quelle que soit la durée du service.

Si la décision des juges est positive pour les employés, les salaires devraient continuer à être payés aux niveaux actuels, c’est-à-dire au niveau qu’ils ont été établis depuis février 2019.

Si la décision du tribunal est négative pour les travailleurs, c’est-à-dire que l’appel des industriels est accepté, des milliers d’employés perdront les avantages.expérience de service, calculée à partir de février dernier sur le nouveau salaire minimum de 650 euros.

De plus, le nouveau salaire sera dénué de surcharges et uniformes pour tous. Depuis 2012, une prime de 30 % s’applique à 30 %, le montant maximal des quotas en jeu peut atteindre 195 euros par mois.

La prochaine décision du Conseil de l’Europe déterminera le montant des gains et des futurs employés, car il est prévu que les prestations de service (dites 3 ans) seront « décongelées » lorsque lele chômage est tombé sous 10 %.

Ce que la GSEE demande

Les jours précédents, la GSEE a invité les employeurs à entamer des négociations en vue de l’élaboration et de la signature d’une nouvelle convention collective collective nationale générale (GSEE) .

Entre autres choses, l’appel doit contenir les éléments suivants :

« La GSEE, consciente de son rôle et de sa responsabilité dans la protection et la promotion des droits des travailleurs en Grèce et compte tenu des multiples défis auxquels se heurte le monde du travail,ont émergé et continuent d’émerger pendant le traitement de la pandémie de coronovirus, considère que l’EAGSE devrait :

a) rétablir pleinement le contenu et l’universalité de son engagement en termes de contenu financier et institutionnel, en réréglementant et en sauvegardant le salaire minimum et le salaire minimum et en rétablissant la base de sécurité pour tous les travailleurs ; l’établissement de seuils minimaux pour l’économie et la société générales protection ;

b) mettre en évidence, par les résultats de la négociation collective, son rôle réglementaire de premier plan dans les mesures de gestion des crises, la réponse stricte aux protocoles sanitaires et l’évolution de la gestion de la pandémie de coronovirus dans l’organisation du travail et l’utilisation du télétravail, la prévision et la gestion des changements et défis du numérique et transition verte, respectant et promouvant les droits individuels et collectifs du travail, avec le plein emploi en termes d’égalité, de santé etla sécurité et le respect de la vie personnelle et familiale des travailleurs ;

c) à exploiter comme moyen de pression sur l’État pour le rétablissement effectif du dialogue social tripartite institutionnel, qui est tombé en totale inaction depuis une décennie, conduisant à de multiples interventions unilatérales de l’État dans des domaines appartenant à l’autonomie réglementaire et/ou de gestion des partenaires sociaux nationaux.

Lire même :

Réduction des avances fiscales : l’extraordinaire mesure de soutien qui a surgiet en 2021

Les supermarchés sont ouverts aujourd’hui — Horaires d’ouverture

Pagoni : Effectuez immédiatement les vaccinations qui ont été reportées dans les hôpitaux